L'info régionale

Réseaux sociaux

La CR 10 défend les éleveurs de l’AOC Brie de Meaux

Rencontre cristal union CR 10

La CR 10 défend les éleveurs de l’AOC Brie de Meaux

Le 15 mars 2022, lors de la session Chambre d’agriculture de l’Aube/ Haute-Marne, Christophe Sichnknecht, président de la CR 10-FIDDA avait défendu les éleveurs de l’AOC Brie de Meaux (voir ici).

Pour continuer à faire avancer ce dossier, il a, cette fois-ci, été à la rencontre du président de Cristal Union, monsieur Olivier De Bohan, et du directeur général, monsieur Xavier Astolfi.

De la pulpe de betteraves pour les éleveurs en AOC Brie de Meaux

Pour la CR 10, le but principal de cette rencontre était de réitérer une demande urgente des éleveurs en AOC de Brie de Meaux : faciliter la contractualisation d’achat de pulpe de betteraves avec les sites de production de Cristal Union. En effet, en raison de leur cahier des charges, les exploitants en AOC Brie de Meaux doivent, pour compléter le pâturage à l’herbe lorsque cela est nécessaire, utiliser de la pulpe de betteraves. Or, jusqu’à présent, Cristal Union n’autorisait pas les éleveurs à lui acheter de la pulpe de betteraves.

La CR 10 demande donc à Cristal Union de revenir sur ce choix et de prendre une décision de bon sens afin de pérenniser cette filière d’excellence du territoire que représente le Brie de Meaux.

La CR 10 a rappelé par ailleurs que, les 90 éleveurs concernés par cette demande ne solliciteraient que 2 % (20 000 Tonnes) de la production de pulpe de betteraves annuelle du site d’Arcis-sur-Aube. Il est rappelé que 20 % de la production part directement aux méthaniseurs. Il s’agirait donc ici de faire un compromis entre éleveurs et méthaniseurs.

 

Trois ans pour sortir des néonicotinoïdes

La CR 10 a profité de ce rendez-vous pour aborder d’autres sujets. Il a ainsi été question du bilan du Conseil européen sur la dérogation de trois années accordée aux betteraviers français pour l’utilisation des néonicotinoïdes faute d’alternatives viables. Il a aussi été question de l’après-néonicotinoïdes et du devenir de la filière betteravière française.

Enfin, Coordination Rurale de l’Aube a demandé à la coopérative des options de livraison de betteraves pour ses adhérents sans y inclure de part sociale.

La CR 10 attend maintenant de savoir quelle suite sera donnée à ces revendications.