L'info régionale

Réseaux sociaux

Jaunisse et baisse des rendements : stop aux fausses infos des écolos !

betteraves

Jaunisse et baisse des rendements : stop aux fausses infos des écolos !

À l’heure du débat sur les néonicotinoïdes, les associations écolos inondent l’espace médiatique de fausses informations en minimisant l’impact de la jaunisse sur les betteraves. Elles empêchent ainsi le bon déroulé du processus démocratique… La CR dénonce ces méthodes et redonne la parole aux betteraviers !

D’après les associations écolos, l’Agriculture Biologique est épargnée par la jaunisse…
C’est faux ! Les exploitations bio sont aussi touchées, les différences entre les exploitations sont surtout liées à leur implantation géographique. On remarque ainsi qu’indépendamment du mode de production, il existe des départements plus touchés que d’autres.

Ils disent que l’on réintroduit les néonicotinoïdes pour une baisse des rendements de l’ordre de 8 à 10 % seulement….
La CR s’interroge : d’où sort ce chiffre ?
Aurélie Hallain, agricultrice en Eure-et-Loire, constate une baisse des rendements de l’ordre de 60 % sur son exploitation pour le premier enlèvement, alors qu’elle est irrigante (cette baisse est donc uniquement liée à la jaunisse, pas d’effet de sécheresse). De plus, les pertes de rendements pour les secteurs touchés semblent supérieures à 40 % et atteindraient plus de 70 % ! Loin des 9 % de baisse de rendement prévu par Tereos ! Ce dernier devra revoir à la baisse ses rendements, et cela, même dans l’Aisne, le premier département producteur de betteraves.
Bien que l’impact exact ne sera connu qu’une fois les récoltes achevées, encore une fois, nous constatons de fortes disparités régionales.

À préciser aussi que les pertes économiques liées à la jaunisse ne se comptent pas que sur la quantité de betteraves récoltées et vendues, mais aussi sur leur teneur en sucre ! Ainsi Damien Brunelle, vice-président de la Coordination Rurale précise que « normalement on est à 20% de teneur en sucre, cette année on est à environs 16 % ». Même constat pour Aurélie Hallain qui perd 5 % de teneur en sucre par rapport à l’année dernière « c’est bien l’effet de la jaunisse et des autres virus apportés par le puceron car l’année dernière aussi il y a eu une sécheresse, et je n’avais pas cette baisse de teneur en sucre».