L'info régionale

Réseaux sociaux

Influenza aviaire : Les éleveurs accrochés aux engagements du Ministre

Influenza aviaire : Les éleveurs accrochés aux engagements du Ministre

Top Headlines

A l’issue de la réunion présidée par le Ministre de l’Agriculture, la CR prend acte de la volonté manifestée par Dominique Bussereau, au nom du gouvernement, d’adapter les mesures de soutien à l’ampleur de la crise qui atteint de plein fouet l’aviculture française. Celui-ci a convenu que le soutien prévu de 11 millions d’euros à l’ensemble de la filière n’était plus en rapport avec les pertes constatées jusqu’ici.

Compte tenu des baisses de consommation et d’exportations qui se produisent cette semaine, le Ministre a promis un réel changement d’échelle des aides à venir, avec une ampleur nécessitant l’engagement du budget de l’Etat bien au-delà de celui de son seul ministère.

La CR a revendiqué cohérence et bon sens pratique de la part des administrations locales en charge des mesures mises en œuvre pour contrôler l’influenza aviaire qui atteint les oiseaux migrateurs, afin de ne pas compliquer à l’extrême la tâche des éleveurs déjà très difficile aujourd’hui.

Il s’agit avant tout de rassurer les consommateurs sur l’absence totale de risque vis-à-vis de la consommation des volailles d’élevage pour 2 raisons :

  • d’abord, parce qu’il n’existe aucune volaille d’élevage atteinte de cette peste aviaire en Europe
  • ensuite et surtout parce que, compte tenu des modes de consommation des viandes de volailles en France cuites à plus de 70°, il n’y a, pour la santé, aucun risque à en consommer.

C’est donc dans l’espoir que le Ministre tienne parole que la CR attend maintenant des décisions concrètes d’aides urgentes et de moyen terme pour tous les éleveurs, y compris ceux des filières courtes qui ne doivent pas être oubliés. La CR espère également un changement du côté de la Commission de Bruxelles qui scandaleusement nous refuse le soutien européen solidaire.

Elle rejette par ailleurs l’idée avancée par certaines organisations de soutenir les cessations d’activités pour les éleveurs les plus faibles : l’ambition affichée par tous de lutter ensemble pour surmonter ce passage difficile est totalement incompatible avec de telles propositions qui méprisent les producteurs.