L'info régionale

Réseaux sociaux

Incendies ravageurs dans le Var : Tristesse, compassion, colère, combativité

incendies

Incendies ravageurs dans le Var : Tristesse, compassion, colère, combativité

Comment ne pas avoir d’abord une pensée pour les 2 personnes disparues, prises au piège par les flammes ?
La Coordination Rurale du Var veut faire part de sa tristesse et adresse ses plus sincères condoléances aux familles et proches des victimes. Elle présente ses vœux de prompt rétablissement aux 26 blessés et remercie les personnes pour leur élan de générosité et solidarité envers ceux qui ont perdu leurs biens. Elle apporte son soutien aux agriculteurs, dont les producteurs de rosé de Provence. Certains viticulteurs ont vu leurs matériels et hangars réduits en cendre, en plus des parcelles de vignes ou des ruches parties en fumée.
Un grand merci aux soldats du feu engagés avec des moyens très importants, aussi bien aériens que terrestres.

La réserve naturelle nationale de la plaine des Maures a été créée en 2009 sur une surface de 5 276 hectares, avec comme mission de limiter la disparition des espaces naturels riches en faune et flore, dont la tortue d’Hermann, avec 241 espèces à protéger. Combien ont survécu à cette catastrophe écologique ?

La Coordination Rurale du Var ne peut admettre que cette réserve serve de laboratoire expérimental à ciel ouvert, avec une réglementation faite d’interdictions, de contraintes et de tracasseries administratives.
Elle se refuse, en tant que syndicat agricole, de faire subir aux agriculteurs, présents depuis plusieurs générations pour certains, une écologie politique et punitive !

Lors de la réunion d’élaboration du 2ème plan de gestion de cette Réserve naturelle de la plaine des Maures le 5 août dernier, la CR83 s’est fait entendre avec détermination auprès de l’Office français de la biodiversité.
Max Bauer, président de la CR 83, qui représentait le syndicat lors de cette réunion, et a eu le sentiment désagréable de perte de temps, car ces temps « d’échanges d’idées », sont typiquement faits pour déboucher sur des réunions de travail qui peuvent durer des années !

La Coordination Rurale du Var se pose la question de l’efficacité de la gestion de ce projet de préservation de la biodiversité, qui aujourd’hui a mis en danger le monde animal, végétal mais aussi détruit des vies humaines…

Face à ce paysage de désolation, il faut espérer que la raison l’emporte, sans idéologie et avec plus de pragmatisme. C’est pourquoi, la CR83 attend désormais que les personnes en charge de la protection de l’environnement tirent des conclusions évidentes suite à cette catastrophe, et qu’elles prennent leurs responsabilités.

Mais dès à présent, l’OFB doit répondre aux questions suivantes :

Pourquoi est-il interdit d’entretenir les terrains des pare-feux de façon très encadré, alors que la gestion par débroussaillement est compliquée, voire impossible ?
Est-ce uniquement pour préserver la tortue d’Hermann ? Combien de tortues ont péris ou sont blessées, face à une perte beaucoup plus grave aujourd’hui ?
Pourquoi les propositions faites par les organisations agricoles, pour limiter la propagation des incendies, (sylvopastoralisme, viti-pastoralisme, coupure sur production…) ne trouvent pas une adhésion franche et sont même parfois ignorées ?

C’est pourquoi, face à ce drame, la Coordination Rurale du Var soutenue par la Coordination Rurale Union Nationale va demander une commission d’enquête parlementaire. Cette enquête permettra de mettre en lumière les responsabilités de chacun et les freins à lever pour une meilleure prise en compte des attentes, des doléances et des requêtes des professionnels de l’agriculture.

La Coordination Rurale du Var exige, à l’avenir, que toutes les mesures pour éviter la propagation du feu soient prises. Et s’il le faut, l’Assemblé Nationale, qui a promulgué la loi du 24 juillet 2019 et créé l’OFB le 1 janvier 2020, devra faire un point d’étapes afin de (re)définir les missions de l’ensemble des structures en charge du respect du droit de l’environnement par la police de l’environnement.

Cette dernière doit faire preuve sûrement de plus de pédagogie et de discernement et accorder un droit à l’erreur en cas de petits délits sans gravité sur la nature. À cette occasion, il serait judicieux de mettre en place au niveau national, une commission de médiation ou de sanctions pour des agents un peu trop zélés.

La CR83 espère que ces demandes soient soutenues par des élus, les Chambres d’agricultures dont celle du Var, ainsi que par toutes organisations syndicales et agricoles.

Tags :