L'info régionale

Réseaux sociaux

Ils en ont « rat »le bol!

campagnol

Ils en ont « rat »le bol!

Comme il y a 5 ans, ces éleveurs tirent la sonnette d’alarme auprès de l’administration.  Les rats sont là! s’exclame Sylvie BONNET, vice présidente de la cR15. Qu’attend l’Etat pour réagir? Une nouvelle catastrophe sanitaire? Ce qui est sur c’est que nous ne resterons pas là les bras croisés à attendre une nouvelle pullulation alors qu’il est urgent de remplir l’assiette des français. »

C’est pourquoi le syndicat 100% agriculteurs CR 15 a interpellé la DRAAF (voir le courrier ci dessous) sur les conséquences d’une nouvelle pullulation et suggèrent de nouvelles orientations dans la lutte.

« Dans ce contexte de confinement ayant pour conséquence l’annulation du Comité Régional Orientation de la Politique Sanitaire Animale et Végétale du 26 mars et la suspension des formations dispensées par les FDGDON,  100 % agriculteurs-CR15 vient vous alerter aujourd’hui, sur des débuts de pullulation du campagnol terrestre constatés dans certaines zones du Massif-Central et la préoccupation que cela peut générer au sein de la population.

Les filières agricoles ont déjà beaucoup souffert des aléas climatiques ces dernières années et souffriront les prochains mois des conséquences économiques de la pandémie covid-19. Les agriculteurs sont au front en permanence pour remplir les assiettes virus ou pas virus. La prime de 1000 euros versées aux salariés qui continuent de se rendre sur leurs lieux de travail ne sera pas pour les agriculteurs. Il est urgent d’anticiper des mesures exceptionnelles face à une pullulation imminente des campagnols terrestres qui aggraveraient encore la situation financière morale et physique des agriculteurs.

Madame la Directrice, n’ayons pas la mémoire courte ! En 2015 et 2016, le doute faisait mettre des bouteilles d’eau dans le cartable des enfants. Des analyses supplémentaires avaient été demandées sur les résidus d’excrément retrouvés dans l’eau, sans réponse de la part de l’État. La France doit mesurer les menaces sanitaires que représentent ces ravageurs . Au delà de l’échinococcose alvéolaire ou des facteurs favorisant le poumon fermier, l’État est il prêt à mettre en péril une partie de la population via un réseau d’eau contaminé ?

Les répercussions sanitaires sont déjà là. La terre se retrouve dans les fourrages. Cela a pour effet une dévaluation du prix du lait et une altération de la qualité des fromages qui se voient ainsi déclassés, remettant en question certaines AOP .Là aussi rappelons –nous les centaines de tonnes de st-nectaire mis à la poubelle!

Pour lutter contre ce nuisible, des moyens dignes du Moyen-âge sont mis à disposition des agriculteurs : piégeage, perchoirs, conserver ses prédateurs… Le seul produit qui était homologué et disponible ; la bromadiolone vient d’être retirée du marché par l’ANSES, un an plus tôt que prévu.

Certains produits homologués en France tardent encore à être disponible sur nos territoires tels que le ratron GW. Par ailleurs, des réflexions autour de groupement d’employeurs ou de CUMA pour embaucher des salariés dédiés à la lutte contre le rat taupier émergent dans d’autres départements. Ce type de poste pourrait intéresser des agriculteurs qui cherchent un complément de revenu ou de jeunes agriculteurs retraités souhaitant compléter leur retraite. Le salaire de ces employés pourraient être pris à 70 % en charge par le FMSE. Cette main d’oeuvre permettrait de combiner différents types de lutte que les agriculteurs n’ont plus le temps de faire dans leur intégralité : ébouseuse, piégeage, mise en place des produits. L’État doit expérimenter ce système qui a fait ses preuves notamment sur le territoire de Volvic.

Par ailleurs, nous souhaitons vous interpeller également sur les indemnisations possibles via le FMSE. Ces fonds sont précieux dans la lutte contre le campagnol terrestre et même vitaux pour certaines exploitations. Jusqu’à présent, cet argent n’a pas toujours été dirigé en direction des plus touchés et dans le contexte actuel, nous ne pouvons pas nous permettre de gaspiller ces fonds.

Ainsi, 100% agriculteurs CR15 demande à ce que les fonds d’indemnisation du FMSE soient optimisés et fléchés en direction des zones identifiées par la cartographie . Seuls les agriculteurs ayant des hectares situés dans les zones reconnues pour la pullulation du campagnol terrestre doivent être indemnisés au cas par cas.

Aujourd’hui, plus que jamais les agriculteurs constituent un maillon essentiel pour la souveraineté alimentaire de notre pays. Les agriculteurs doivent pouvoir continuer à travailler normalement pour remplir les assiettes des français demain. Chaque agriculteur est indispensable à la survie de nos territoires !

En sachant que vous avez à votre disposition des moyens financiers, des produits testés et homologués qui fonctionnent, il ne manque que la volonté des autorités administratives pour mettre ces moyens en place afin que la lutte contre le rat taupier soit efficace ! Dans ces temps de crise, vous avez le devoir de mettre tout en œuvre pour que les agriculteurs puissent travailler dans des conditions décentes afin d’assurer la production alimentaire pour remplir vos assiettes ! Il est encore temps de réagir avant que la situation ne devienne incontrôlable !«