L'info régionale

Réseaux sociaux

Grippe aviaire : 5 départements de Nouvelle Aquitaine placés en « risque élevé », les mesures de protection renforcées

canards - grippe aviaire CP

Grippe aviaire : 5 départements de Nouvelle Aquitaine placés en « risque élevé », les mesures de protection renforcées

Le ministère de l’Agriculture a augmenté le niveau de risque épizootique d’influenza aviaire de « négligeable » à « élevé » 5 départements de Nouvelle Aquitaine afin de prendre en compte l’évolution sanitaire défavorable de ce virus dans l’avifaune en Europe. Les départements concernés sont la Charente-Maritime, la Gironde, les Landes, les Pyrénées-Atlantiques et les Deux-Sèvres.

De nombreux foyers en élevage domestique et des cas en faune sauvage d’influenza aviaire hautement pathogène ont été détectés en Russie et au Kazakhstan depuis juillet 2020. Les foyers et les cas augmentent en nombre et se décalent vers l’ouest de la Russie.
Les Pays-Bas ont déclaré le 21 octobre 2020 un premier cas d’influenza aviaire hautement pathogène par un sérotype de virus de l’influenza proche de celui circulant en Russie dans la zone d’Utrecht sur deux cygnes tuberculés (Cygnus olor). La situation est particulièrement alarmante car de nombreux oiseaux migrateurs venant du Nord l’Europe traversent notre territoire.

Un expansion géographique rapide

Depuis, une dynamique d’infection s’est emballée, et on relève désormais:

  • en Allemagne : 13 foyers en faune sauvage (2 cas H5N5 et 11 cas H5N8)
  • au Pays-BAs : 13 foyers en faune sauvage (1 cas H5N1 et 12 cas H5N8) et 1 foyer en élevage (H5N8)
  • au Royaume-Uni : 1 foyer en élevage (H5N8)

La présence du virus dans la faune sauvage, non loin de la frontière française, dans un couloir migratoire qui traverse le territoire national, justifie l’élévation du niveau de risque et les mesures de prévention prévues par l’arrêté ministériel du 16 mars 2016.

La France impose des mesures de protection

Le passage à un risque « élevé » engendre l’instauration de mesures de protection renforcées, dont l’obligation de confinement ou de pose de filets pour empêcher tout contact avec les oiseaux sauvages pour tous les élevages commerciaux de volailles et les basses-cours.

Par ailleurs, les rassemblements de volailles vivantes sont interdits, en particulier sur les marchés, de même que les lâchers de gibiers à plume par les chasseurs.

Zone à risque élevé au 5/11/2020 – source : ministère de l’Agriculture