L'info régionale

Réseaux sociaux

Grève du lait : 10 ans après, la régulation reste la seule solution

OPL

Grève du lait : 10 ans après, la régulation reste la seule solution

Il y a 10 ans jour pour jour des images d’éleveurs déversant leur lait partout en Europe dans les caniveaux et campagnes faisaient le tour du monde. Face aux prix dérisoires et à l’inaction politique il était impensable de continuer à travailler. Si n’importe quelle autre profession devait travailler à perte, l’ensemble des syndicats, qu’ils représentent les professions libérales ou salariés, aurait appelé à faire grève.

La Coordination Rurale à l’initiative pour la France de cette action avec l’APLI (Association des producteurs de lait indépendants) déplore, 10 ans après, un manque de courage des politiques pour lutter efficacement contre l’apparition de crises. Leur logique demeure la même : soigner mal et trop tard plutôt que prévenir !

Une solution : la régulation

Depuis 2009, les producteurs de lait Européens n’auront connu qu’une année presque satisfaisante : 2014 ! Ce fut même une année record en chiffres d’affaires pour les industriels laitiers ! Depuis, avec des prix autour de 20 % inférieurs, le bilan humain est catastrophique ! C’est seulement en 2016, que la Commission européenne se penche sur l’idée de régulation de la production et acte le programme de réduction volontaire de la production laitière, inspiré du Programme de Responsabilisation face au Marché (PRM) soutenu par la CR et l’European Milk Board (EMB). Les cours descendus à 260 €/1000L, remontent : +33,4 % pour le prix du lait en quelques mois seulement.

« Ce programme, inscrit comme première proposition dans une résolution européenne votée à l’unanimité en novembre 2016, et retenu dans divers autres rapports parlementaires doit de façon impérative être validé comme l’instrument de gestion de crise ! Il a prouvé toute son efficacité contrairement au stockage de poudre dont les coûts ont été évalués à plus de 2 milliards d’euros. Un système extrêmement coûteux et entretenant la crise ! » insiste Véronique Le Floc’h, responsable de la section Lait.