L'info régionale

Réseaux sociaux

Le glyphosate contenu dans nos aliments provient majoritairement d’importations en provenance du continent américain

Le glyphosate contenu dans nos aliments provient majoritairement d’importations en provenance du continent américain

La Coordination Rurale (CR) et l’Organisation des producteurs de grains (OPG) ont vérifié l’origine des contaminations alimentaires par le glyphosate.

16 échantillons de grains de différentes cultures allant du blé tendre au quinoa, en passant par la lentille, le soja et l’avoine, provenant d’agriculteurs français, ont été analysés : aucun échantillon ne contient le moindre résidu de glyphosate alors que ces agriculteurs utilisent ce désherbant sur leur ferme (liste d’analyse à la fin de l’article).

Quelques semaines plus tôt, l’association Générations futures avait révélé la présence de résidus de glyphosate dans environ la moitié des aliments qu’elle avait analysés. La CR et l’OPG ont cherché à comprendre les origines de ces contaminations au glyphosate dans ces aliments alors que les matières premières françaises entrant dans leur composition en sont indemnes.

En France, le glyphosate est utilisé principalement entre 2 cultures pour détruire des mauvaises herbes vivaces ou pour désherber un champ avant un semis afin de limiter les applications d’autres herbicides. Il n’est donc pas utilisé « en végétation » directement sur les cultures car il les tuerait.

Dans le Nord l’UE, le glyphosate est utilisé sur blé, avant récolte, les années humides. Dans les pays de l’Est, une utilisation sur tournesol permet d’avancer la récolte.
Sur le continent américain, il existe deux formes d’applications génératrices de résidus :

  • sur les cultures génétiquement modifiées de type « Roundup Ready », du glyphosate est pulvérisé en végétation à deux ou trois reprises car les plantes sont résistantes. Les espèces concernées sont : le soja, le maïs, le canola (colza canadien), la betterave et le coton. Cette technique facilite l’agriculture dans des pays où les fermes sont immenses.
  • sur des cultures comme l’avoine au Canada, la lentille aux États-Unis ou encore le haricot rouge au Brésil, du glyphosate est pulvérisé deux semaines avant la récolte pour en avancer la date. La culture et les mauvaises herbes se dessèchent, facilitant également le passage de la moissonneuse.

Malgré nos demandes, Génération futures ne nous a pas répondu sur l’origine des produits analysés. La connaissait-elle elle-même ?

Ce que nous pouvons déduire de leurs résultats d’analyses pour des aliments comme les céréales pour petit déjeuner, c’est que les flocons d’avoine provenaient probablement du Canada, premier producteur mondial, pays où l’été est court et où il est sécurisant d’avancer les dates de récolte. Concernant les légumes secs, ils sont très peu produits en Europe et les importations du continent américain dominent notre marché. Ces produits, positifs à l’analyse, ont donc été dessiqués au glyphosate avant leur récolte. En Europe, ces pratiques de dessiccation au glyphosate sont rares et limitées aux pays du Nord où l’on peut les rencontrer sur céréales.

Mardi 21 novembre, les agriculteurs de la CR et de l’OPG s’étaient rendus sur les ports de Lorient et St Nazaire pour prélever et faire analyser 2 échantillons de tourteau de soja importé. Sans surprise, l’analyse a détecté la présence d’OGM Roundup Ready mais surtout de résidus significatifs de glyphosate. Les teneurs en glyphosate de ces 2 échantillons sont de 1 et 1,4 mg/Kg. Cliquez ici pour consulter les résultats de l’analyse sur l’échantillon n°1 et les résultats de l’analyse sur l’échantillon n°2.

Ce sont plus de 32 millions de tonnes de soja (graines et tourteaux) qui sont importées chaque année dans l’Union européenne. Aux teneurs détectées, cela représente une quantité de 38 400 Kg de glyphosate ingérés directement par nos animaux domestiques ou par les humains via l’huile de soja.

Si le glyphosate est interdit en Europe dans 5 ans et si, sur ces mêmes aliments (céréales pour petit déjeuner, légumes secs…), nous refaisions des analyses quelques années plus tard, leurs teneurs en résidus seront les mêmes : le consommateur ingèrera toujours autant de glyphosate ! Un magnifique coup d’épée dans l’eau. Les décisions politiques ne sont pas toujours suivies des résultats attendus…

Si l’on veut efficacement protéger le consommateur, il est possible de mettre en place des obligations de moyens et des obligations de résultats :

1) Il faut réviser les conditions d’utilisation du glyphosate en demandant la suppression de cet usage comme dessiccant au sein de l’UE, tant que son statut toxicologique n’est pas établi avec certitude.

2) Il faut également réduire drastiquement les limites maximales de résidus (LMR) dans les produits agricoles allant actuellement de 0,1 mg/Kg à 20 mg/Kg. Ces LMR avaient été augmentées lors de l’apparition des variétés Roundup Ready afin de ne pas gêner la commercialisation des récoltes qui en sont issues… Les LMR sur tous les produits végétaux doivent être ramenées à 0,1 mg/Kg.

Le consommateur européen sera ainsi protégé des récoltes de variétés OGM et de celles qui sont dessiquées au glyphosate. Ces produits ne pourront plus rentrer sur le marché communautaire. Les agriculteurs européens seront de leur côté préservés d’une concurrence déloyale et auront l’espoir de pouvoir substituer à ces importations des productions locales de qualité.

La CR et l’OPG déplorent que le gouvernement n’ait pas fait ce travail scientifique de recherche sur l’origine des résidus et se soit laissé influencer et piéger par des associations écologistes dont les méthodes d’action sont loin d’être honnêtes.

 

___________________________________________________

 Analyses de productions agricoles françaises – novembre 2017

EspèceDépartement d’origineAMPA (1) mg/kgGlyphosate mg/kgGlufosinate mg/Kg
1Orge18<0,01<0,01<0,01
2Sorgho18<0,01<0,01<0,01
3Féverole18<0,01<0,01<0,01
4Blé tendre18<0,01<0,01<0,01
5Tournesol18<0,01<0,01<0,01
6Sarrazin18<0,01<0,01<0,01
7Millet18<0,01<0,01<0,01
8Pois18<0,01<0,01<0,01
9Lentille28<0,01<0,01<0,01
10Quinoa28<0,01<0,01<0,01
11Luzerne28<0,01<0,01<0,01
12Lin41<0,01<0,01<0,01
13Avoine77<0,01<0,01<0,01
14Orge printemps45<0,01<0,01<0,01
15Blé tendre41<0,01<0,01<0,01
16Soja32<0,01<0,01<0,01

(1): Acide aminom éthylphosphorique (AMPA) en mg/kg
Laboratoire : Eurofins Analytics France – Nantes
Les rapports d’analyse peuvent être envoyés sur simple demande.