L'info régionale

Réseaux sociaux

GAL 2022 : Le grand rendez-vous du lait

Vache abondance

GAL 2022 : Le grand rendez-vous du lait

La conférence Grand Angle Lait 2022, organisée par l’IDELE, s’est articulée autour des deux axes importants dans la conjoncture actuelle : le contenu et les retombées de la PAC 2023, et les conséquences de la flambée des matières premières pour le secteur laitier. D’autres présentations, plus techniques, ont également rythmé la journée.

Création d’une aide à l’UGB, promotion du couplage protéines végétales, système d’éco-régime à la carte, la nouvelle PAC sera a priori plus favorable aux élevages laitiers que précédemment. Malgré tout, des incertitudes persistent sur des points techniques, notamment sur les plafonnements des aides à l’UGB ou encore sur les opportunités d’engraissement.

Les impacts de la flambée des matières premières sur le lait se font d’ores et déjà ressentir : la hausse des prix des intrants qui s’observe depuis déjà un an est exacerbée par la guerre en Ukraine (aliment : + 13,3 %, engrais : + 82 %, énergie : + 30 %, etc.) On peut s’attendre à une augmentation de +15 à 61 €/1000 L selon les hypothèses (sortie de crise rapide ou non).

Ces points conjoncturels ont un rôle sur l’attractivité du métier et les dynamiques territoriales, autre sujet soulevé lors de la conférence Grand Angle Lait 2022. Le vieillissement des chefs d’exploitations s’accélère à nouveau (en 2019, 48 % des éleveurs ont plus de 50 ans) et le taux de remplacement s’élève à 45 %. Attirer de nouveaux installés est un défi ; le décalage entre les souhaits des personnes qui s’installent et l’offre/les besoins des filières est important, et le métier est de moins en moins attractif.

Dans l’après-midi, les outils Logimat et Pilotraite pour le contrôle des installations de traite et de la qualité du lait ont été présentés, suivis de l’outil Boviwell pour évaluer le bien-être des troupeaux laitiers. Des pistes pour valoriser les veaux laitiers ont ensuite été discutées, puis la journée s’est terminée par la présentation d’une étude sur les leviers d’adaptation au changement climatique sur les systèmes fourragers et du projet CAP Protéines.