L'info régionale

Réseaux sociaux

FNPL et le prix du lait : une conviction de circonstance ?

lait

FNPL et le prix du lait : une conviction de circonstance ?

La Coordination Rurale se félicite que le syndicat majoritaire prenne enfin compte de la situation catastrophique des revenus des éleveurs laitiers, alors qu’il a toujours défendu un prix en dessous des coûts de production.

Dans un communiqué de presse daté du 14 novembre, la FNPL revendique un prix de revient du lait à 396 €/1000L, « prix prenant en compte la rémunération des producteurs de lait ». La Coordination Rurale souhaite rappeler au syndicat majoritaire que les coûts de production du lait en France sont à plus de 400 € depuis déjà plusieurs années. Contrairement à la CR inscrite sur cette tendance depuis plus de 10 ans déjà, s’en rendre compte deux mois avant les élections Chambres d’agriculture ne serait-il pas purement à dessein électoral ?

La méthode Couprod, méthode initiée par l’Idele, estimant les coûts de production laitiers à 396 €/1000L représente une avancée certaine mais est cependant basée sur une rémunération moyenne, et ne répond pas suffisamment à la surcharge de travail, à l’installation-transmission et au manque d’investissement. « 396 €/1000L est un prix minimal, 450 €/1000L, que l’on revendique avec l’EMB, est le prix idéal en tenant compte de la réforme de la PAC » indique Joseph Martin, représentant de la CR à l’interprofession laitière.

La Coordination Rurale estime que ce n’est pas seulement aux consommateurs de payer, comme l’indique la FNPL, pour que les producteurs puissent vivre de leur métier, mais également aux industriels, qui ont vu leur chiffre d’affaires augmenter de manière significative ces dernières années, sans que le volume collecté n’augmente !

« Sans une négociation minimale et l’aboutissement à un prix permettant une réelle rémunération des éleveurs laitiers sur 100 % du lait, nous pensons que le plan de filière mené depuis décembre 2017 n’aura été qu’une simple vitrine » indique Véronique Le Floc’h, secrétaire générale de la Coordination Rurale.

La section Lait de la CR reste convaincue que sans une adéquation des volumes avec les marchés rémunérateurs, qui passe par la mise en place d’OP transversales incluant les coopérateurs, une représentativité des OP au Cniel via la création d’un nouveau collège, et l’instauration du Programme de responsabilisation face au marché de l’EMB, il n’y aura pas d’avancées significatives sur la rémunération des éleveurs laitiers.

Tags :
, ,