L'info régionale

Réseaux sociaux

Flambée des prix : la Coordination Rurale exige des mesures pour poursuivre la production !

Flambée des prix : la Coordination Rurale exige des mesures pour poursuivre la production !

Les conséquences du conflit en Ukraine sont déjà fortement perceptibles dans les exploitations agricoles. GNR, engrais, semences… les prix flambent de toutes parts et les agriculteurs ne vont pas pouvoir suivre : la situation est grave !

La Coordination Rurale a été alertée dans de nombreuses régions sur les problèmes engendrés en matière de Gazole non routier (GNR) : des rationnements, une flambée des prix, et des délais de livraison de plus en plus importants. Enfin, certains agriculteurs sont livrés sans connaître les prix, quand d’autres ne peuvent même plus commander.

C’est pourquoi, la Coordination Rurale de Lozère a interpellé monsieur Jean Castex, dans un courrier en date du 4 mars. La CR 48 alerte le Premier ministre des impacts de cette crise sur le secteur agricole, notamment ceux liés à l’approvisionnement et à la flambée des prix du Gazole non routier.

En effet, les engins agricoles sont indispensables à l’exercice du métier d’agriculteur, la Coordination Rurale demande donc à l’État :

– d’assurer la logistique afin d’éviter les ruptures d’approvisionnement ;

– de permettre aux agriculteurs de déduire au plus vite l’ensemble des taxes s’ils devaient se fournir en gasoil routier, faute de disponibilité en GNR ;

– de permettre aux agriculteurs de rouler avec tous types de carburants ;

– de faire bénéficier les agriculteurs de l’exonération de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE), comme ce fut le cas pour les pêcheurs.

Les agriculteurs ne parvenaient déjà pas à couvrir leurs coûts de production; avec de tels prix, ils ne pourront pas s’approvisionner tout en continuant à payer la main-d’œuvre. Une fois les caisses vides, bon nombre d’agriculteurs vont choisir ou être contraints de réduire leur activité. Le risque d’une crise alimentaire est réel.

« La colère monte chez les agriculteurs, l’État doit en prendre conscience et acter des mesures rapides et significatives, sans quoi il va être de plus en plus difficile de contenir les excès de fièvre ! » s’inquiète Alain Pouget, président de la Coordination Rurale Occitanie.