L'info régionale

Réseaux sociaux

Feuille de route ours et pastoralisme : les réactions de la Coordination Rurale des Hautes-Pyrénées

teteddy-bear-2855982_960_720

Feuille de route ours et pastoralisme : les réactions de la Coordination Rurale des Hautes-Pyrénées

Ce jeudi 6 juin se déroulait à la Préfecture de région la restitution de la feuille de route « ours et pastoralisme », feuille de route à laquelle la Coordination Rurale des Hautes-Pyrénées avait bien entendu participé. De tous les syndicats des Hautes-Pyrénées, seule la Coordination Rurale a fait le déplacement. Pour Éric Préchacq, son président, « la situation est trop grave et le sujet trop important pour se permettre d’appliquer la politique de la chaise vide ».

La feuille de route fait appraître cinq objectifs bien distincts :

– améliorer la connaissance et la communication concernant la présence des ours.

– expérimenter des actions destinées à éloigner les ours des estives.

– mettre en place les moyens d’un renforcement des mesures de protection des troupeaux.

– améliorer le dispositif d’indemnisation en tenant compte de la situation Pyrénéenne.

– mettre en place une gouvernance pastoralisme et ours à l’échelle des Pyrénées et déclinée au niveau départemental.

Même s’il demeure de nombreux points à améliorer, la Coordination Rurale des Hautes-Pyrénées se félicite de la reprise de certains points proposés lors de la contribution de ces derniers mois.

Entre autres :

– la protection de l’État envers les Hommes et les troupeaux : l’État a voulu imposer un grand prédateur sur notre territoire, il doit donc être garant de notre sécurité face à ce dernier. Plusieurs points de la feuille de route vont dans ce sens.

– la prise en considération des bergers, notamment en passant par le biais de la communication : une alerte devrait être envoyée aux bergers lorsque l’ours approche de leurs estives afin de pouvoir anticiper la protection des animaux. L’objectif numéro un de la feuille de route traite entièrement de ce sujet.

– la formation des bergers et des salariés face aux nouvelles contraintes : les grands prédateurs, aujourd’hui l’ours et demain le loup, sont une menace. Bergers et salariés doivent être prêts à protéger leurs bêtes. Même si ce point a été peu repris et peu travaillé, nous avons pu le retrouver dans la feuille de route.

La Coordination Rurale des Hautes-Pyrénées ne peut toutefois pas valider pleinement la feuille de route telle qu’elle a été présentée. En effet, il y a un point sur lequel la CR 65 restera inflexible : la gratuité du permis de chasse pour les chasseurs et les bergers afin de pouvoir protéger au mieux les troupeaux. La feuille de route évoque des tirs d’effarouchement qui seraient effectués par des « personnes qualifiées », sans plus de précisions, tandis que l’ONCFS revient de nombreuses fois tout au long du document. Pour la Coordination Rurale, le permis de chasse doit faire partie de la formation des bergers, au même titre que les gardes.

Monsieur le Préfet de région et les élus se sont montrés ouverts à la discussion, la Coordination Rurale suivra donc de très près l’évolution de cette feuille de route.

Toute personne souhaitant apporter sa contribution est invitée à contacter la CR 65.