L'info régionale

Réseaux sociaux

Étiquetage des mélanges de miels : l’Europe sur la défensive

étiquetages des miels

Étiquetage des mélanges de miels : l’Europe sur la défensive

La Commission européenne vient de juger excessive la proposition française visant à plus de transparence sur l’étiquetage des miels, notamment celui des mélanges de miels. La France avait déposé un projet demandant que tous les pays d’origines des miels concourant à un mélange soient visibles sur l’étiquette des pots. Le projet souhaitait également que l’affichage tienne compte de l’importance de l’origine de chaque miel dans le mélange.

La section apicole de la CR appuyait cette mesure tant il est clair que l’étiquetage actuel abuse le consommateur.

« Un niveau élevé de protection des consommateurs en matière d’information » ?

Malheureusement, la Commission européenne estime que cette proposition « va trop loin par rapport à ce que permet l’actuelle réglementation ».

Penchons nous quelques instants sur les règles européennes. Le règlement 1169/2011 traite de l’information des consommateurs sur les denrées alimentaires. Il énonce en son article premier : « Le présent règlement contient les dispositions de base permettant d’assurer un niveau élevé de protection des consommateurs en matière d’information sur les denrées alimentaires, dans le respect des différences de perception desdits consommateurs et de leur besoins en information, tout en veillant au bon fonctionnement du marché intérieur ».

Pour la Commission européenne, l’étiquetage actuel, « mélanges de miels UE et hors UE » constitue donc un niveau élevé de protection des consommateurs… Nous n’osons pas imaginer ce qu’aurait pu être un niveau acceptable.
La section apicole regrette la frilosité de la Commission. Elle semble reléguer au second rang les principes qu’elle désigne pourtant comme fondamentaux.

Le Gouvernement français s’apprête à faire une nouvelle proposition. Elle visera à imposer une obligation de l’indication de la liste des pays d’origine par ordre pondéral. Nous rappelons qu’il appartient aux membres de l’interprofession de trouver un accord sur cette question épineuse.

Tags :
,