L'info régionale

Réseaux sociaux

Élections 2019 : zoom sur les résultats du Doubs et Territoire de Belfort

Élections 2019 : zoom sur les résultats du Doubs et Territoire de Belfort

Les listes présentées par la CR 25-90 dans le Doubs et le Territoire de Belfort ont recueilli respectivement 16,77 % et 25,77 % de vos suffrages, ce qui revient à un résultat interdépartemental Doubs-Territoire de Belfort de 17,44 % contre 17,27 % en 2013.
Certes, cette fois encore, avec 61,72 % des suffrages dans le collège des chefs d’exploitation dans le Doubs, c’est l’alliance FDSEA/JA qui remporte la majorité des sièges. Cependant, face au taux d’abstention, ce taux correspond à un choix de seulement 31,59% des agriculteurs du Doubs.

La CR 25-90 remercie chaleureusement tous ceux qui lui ont fait confiance et s’engage à continuer son combat au service des agriculteurs. Les élus CR ont hâte de représenter les agriculteurs au sein de la Chambre d’agriculture et souhaitent travailler de façon constructive avec tous les élus afin de défendre les idées CR : moins de règles inadaptées, des prix rémunérateurs, une chambre d’agriculture au service des agriculteurs.

Au niveau national, les résultats de la Coordination Rurale en progression dans le Puy-de-Dôme et en Charente ne nous ont pas permis de conserver ces deux Chambres d’agriculture. Chacun aura observé que cela s’est fait à très peu de voix en Charente et qu’une vengeance politique dans le Puy-de-Dôme nous aura hélas été fatale. Quant à la Chambre d’agriculture du Calvados, elle est parmi les mieux gérées de France mais la Coordination Rurale n’a malheureusement pas su y anticiper la succession de l’équipe en place.
La Coordination Rurale demeure néanmoins la deuxième force syndicale agricole de France et conforte largement sa position dans le Lot-et-Garonne. Elle remporte par ailleurs les Chambres d’agriculture de la Vienne et de la Haute-Vienne.

La CR continuera à œuvrer pour une agriculture différente : au niveau mondial, en prônant auprès de l’OMC « l’exception agriculturelle » afin que la production agricole ne soit pas régie uniquement par la loi de l’offre et de la demande ; au niveau européen, en défendant un revenu agricole procuré par des prix rémunérateurs plutôt que par des aides ; aux niveaux national et local, en soutenant l’initiative et la liberté d’entreprendre pour une agriculture diversifiée et présente sur tout le territoire.