L'info régionale

Réseaux sociaux

Jean-Pierre DOOR, un député à l’écoute

Rencontre avec J-P DOOR

Jean-Pierre DOOR, un député à l’écoute

La 4e circonscription du Loiret est particulièrement touchée par la crise agricole 2016. La CR 45  a souhaité rencontrer son député, Jean-Pierre DOOR, pour apporter de nouveaux témoignages, mais aussi lui présenter les propositions de la Coordination Rurale pour ne pas qu’elle se renouvelle. Laurent LHEURE, président, et Sophie SIMEANT, vice-présidente de la CR 45 ont échangé librement avec lui.

Au-delà des témoignages d’agriculteurs et du quotidien des représentants syndicaux depuis le mois de juin, les enquêtes chiffrées ont donné une vision plus large que les simples adhérents. Cet entretien avec un député est complémentaire des actions menées auprès du grand public pour les sensibiliser sur les difficultés rencontrées par les agriculteurs (Ferme Expo Tours, Open Agrifood…).

Pourquoi cette situation ?

Le métier d’agriculteur est soumis aux aléas climatiques. Celles de 2016 ont été particulièrement violentes, mais c’est surtout la répétition des mauvaises années qui ont fait du mal aux exploitations. Une mauvaise année, cela peut arriver, mais plusieurs successives, ce n’est plus possible.

communes dégâts inondation

La formule actuelle des DPA (Déduction Pour Aléas) n’est pas adaptée à la réalité du terrain. Les modalités de réintégration sont tellement compliquées à respecter que cet outil n’est pas utiliser à son optimum. C’est une vraie refonte de fond qui est nécessaire pour que les agriculteurs, qui réussissent une année, puissent épargner pour réintégrer ces sommes lorsque les circonstances le nécessitent. Ils dépendraient ainsi moins de l’argent public, national et européen.

Risques sanitaires, assurances récoltes

Les faibles rendements en blé sont notamment dus à une version de fusariose, une maladie du blé. Les grandes cultures ayant été exclues des fonds d’indemnisation sanitaires, aucune aide financière ne peut être attendue par ce canal.

Pour les assurances récoltes, Sophie et Laurent expriment leur mécontentement sur le projet de les rendre obligatoire ! Les agriculteurs doivent pouvoir vivre de leur métier. Compter sur le système assurantiel, privé, pour maintenir une activité agricole est illusoire  et contre-nature. Le député écoute attentivement les positions développées dont les points principaux sont présentés ci-dessous.

La Coordination Rurale, c’est des propositions de fonds et des conseils concrets pour les agriculteurs !

Pour s’affirmer, la CR 45 s’est appuyée sur ses valeurs, identiques depuis sa création. Une divergence majeure  nous différentie de nos concurrents : la vision de l’avenir. La CR souhaite qu’un maximum d’agriculteurs restent dans le métier alors que d’autres centrent leur discours sur la reconversion. La CR ne peut annoncer défendre les agriculteurs et rentrer dans un système de cogestion.

GMS, phytosanitaires : conserver une marge

Pour expliquer au député la position de la CR du Loiret sur ce point, la métaphore des médicaments a été utilisée. Pour la CR 45, il n’est pas normal que les vendeurs de produits phytosanitaires soient également ceux qui conseillent. Tout comme il n’est pas concevable que ce soit les pharmaciens qui prescrivent les médicaments. Le débat est ouvert, et les députés auront leur place à prendre pour défendre les agriculteurs et la viabilité économique de leur exploitation.

Dans cette filière, comme pour la vente de leurs produits (GMS ou coopératives), les agriculteurs n’ont pas beaucoup de choix dans leur partenaires, et le rapport de force n’est pas équitable.