L'info régionale

Réseaux sociaux

Délai de carence : on passe de 7 à 3 jours ! C’est mieux mais…

jeune éleveuse

Délai de carence : on passe de 7 à 3 jours ! C’est mieux mais…

Pour la Coordination Rurale, ce rabaissement de 7 à 3 jours du délai de carence en cas d’arrêt de travail va dans le bon sens. En effet, sa section Agricultrices défend depuis longtemps un raccourcissement de ce délai.


Concrètement, voici ce que cela change : tous les chefs d’exploitation ou d’entreprise agricole à titre exclusif ou principal, ainsi que les collaborateurs, ou les aides familiaux (ou les associés d’exploitation) des chefs d’exploitation ou d’entreprise agricole affiliés à l’Amexa sont concernés

Si :
  • vous êtes affilié à l’Amexa depuis au moins un an
  • vous êtes à jour de la cotisation
  • vous êtes en arrêt de travail à temps complet dans le cadre d’une hospitalisation, vous devez présenter un bulletin de situation délivré par l’établissement de soins
Alors :

L’indemnité journalière est versée à partir du 4e jour d’arrêt de travail en cas de maladie ou d’accident de la vie privée et en cas d’hospitalisation et cela à partir du 1er février 2021.

Combien ?

Montant de l’indemnité journalière Amexa

Malheureusement, ce dispositif d’indemnisation a pour objectif de garantir un revenu personnel de base en cas de maladie ou d’accident de la vie privée, mais il ne vise pas à assurer la continuité du travail sur l’exploitation ou l’entreprise agricole.

Pour Yvette Lainé, membre du bureau de la CRUN : « C’est une nouvelle qui va dans le bon sens, mais le coût d’une journée par un agent de remplacement est compris entre 140€ et 180€. Si les exploitants n’ont pas d’assurance privée, c’est très insuffisant pour couvrir uniquement les besoins de main d’œuvre. »

Ce que demande la CR :
  • Sachant que les délais de carence sont trop longs, les agriculteurs ont trop à perdre lorsqu’ils s’arrêtent. La CR demande de passer ces délais à 2 jours en cas de maladie et à 0 jour en cas d’hospitalisation et d’accident.
  • La CR demande la revalorisation des IJ en mettant en place deux possibilités (avec application de la plus avantageuse à l’agriculteur) :
    • une IJ de base revalorisée basée sur 2 Smic
    • une IJ indexée sur le revenu de l’année n-1.
Si les agriculteurs percevaient des revenus suffisants ils auraient la possibilité de se faire remplacer, ou au moins de prendre des assurances pour que cela soit possible le moment venu !