L'info régionale

Réseaux sociaux

Débat imPACtons! à Bourges : « Il est urgent d’accompagner l’installation des jeunes »

Débat imPACtons! à Bourges : « Il est urgent d’accompagner l’installation des jeunes »

Le débat imPACtons! relatif au Plan stratégique national (PSN) de la Politique agricole commune 2021-2027 a été relancé début septembre. Geneviève De Brach, Régis Bonnin et Maguelonne De Sèze représentaient la Coordination Rurale lors du débat public organisé à Bourges ce vendredi 9 octobre.

Le thème de la soirée était « Demain, quels agriculteurs et combien ? », en d’autres termes l’installation et la transmission !

« Les Français devraient tous se sentir concernés par l’avenir de l’agriculture française. Cependant pour préparer l’avenir, il était essentiel que la CR prenne part à ce débat afin de représenter et de faire entendre les agriculteurs du Centre ! » s’est exprimée Geneviève De Brach, présidente de la CR Centre et de la CR 18.

Après une présentation de la situation démographique des exploitants dans la région Centre par Monsieur Locqueville (DRAAF), puis un rappel des étapes de l’installation par la DDT et la Chambre d’agriculture du Cher, nous avons entendu les témoignages de deux étudiants du lycée agricole du Subdray et de deux jeunes installés.

Ensuite, deux ateliers ont permis de dégager les idées suivantes :

1er point : mesures pour accompagner les installations et les transmissions

– Pas de limite d’âge pour la DJA lors de reconversions professionnelles et pas de remboursement possible
– Accompagnement des installés par un coach, un autre agriculteur à proximité
– Une fiscalité plus avantageuse pour les jeunes installés et notamment une caution de l’État pour aider à payer son fermage ou ses terres. Si demain on veut installer des jeunes, il est important de trouver des apporteurs de capitaux, pour investir, consentir des baux de longue durée, puisque le prix du foncier n’est plus en adéquation aujourd’hui entre l’économique et le financier patrimonial… Tous ne sont pas des vautours, il faudra leur faire confiance si on tient à sauver notre métier, consentaient de nombreux agriculteurs présents, notamment un des jeunes installés en hors cadre familial.

 

2e point : mesures pour améliorer l’attractivité du métier d’agriculteur

– Création appel à projet pour action collective
– Revalorisation du revenu des agriculteurs en appliquant notamment l’article 44 de la loi EGAlim
– Revoir l’étiquetage des produits alimentaires, notamment concernant la provenance des matières premières
– Rémunération pour services environnementaux
– Valorisation des pratiques agro-écologiques et du bien-être animal
– Aide à l’habitat pour le tourisme
– Aide PAC à l’actif et non plus à l’hectare, « ce qui est une aberration ! Les éleveurs par exemple, qui souhaiteraient embaucher pour se décharger mais qui ne trouvent pas de main-d’œuvre, se trouveraient forcément défavorisés » souligne Geneviève De Brach.

 

Le débat s’est terminé à 22h00, sans véritable avancée. Néanmoins, contrairement à nos craintes, de nombreux agriculteurs avaient fait le déplacement et venaient de toute la région !

 

Ne laissons pas les autres décider de notre PAC !

Nous vous encourageons à donner votre avis :

sur la plateforme en ligne dédiée (jusqu’au 31 octobre 2020)

en participant aux autres débats publics

 

Liens utiles

La contribution de la CR au débat national imPACtons! en octobre 2020

Le projet alternatif que proposait la CR pour la nouvelle PAC

Le site officiel du débat imPACtons!