L'info régionale

Réseaux sociaux

CR64 : un feu et une minute de silence à la mémoire des quotas laitiers

CR64 : un feu et une minute de silence à la mémoire des quotas laitiers

C’est avec beaucoup d’amertume que les agriculteurs des Pyrénées-Atlantiques et des Landes se sont rassemblés hier matin chez Didier Fezans, producteur de lait, à Coublucq (64). Ils ont répondu présent à l’appel de la CR64 qui souhaitait soutenir l’ensemble de la filière lait à la veille de la disparition des quotas. Symboliquement, un feu de détresse a été allumé et 1 minute de silence a été observée.

 

La CR et l’OPL militent depuis longtemps pour la mise en place d’une régulation de la production à l’échelle européenne. Ceci afin de garantir aux producteurs des perspectives d’avenir et des prix rémunérateurs, dignes de leur travail.

 

La fin des quotas aura pour conséquence l’agrandissement des fermes et la disparition de nombreux producteurs. La gestion du marché se fait à présent sous la coupe des laiteries qui visent surtout l’export et traitent avec les éleveurs par le biais de contrats, bien plus subis que négociés par les Organisations de Producteurs.

 

Aujourd’hui, le litre de lait n’est rémunéré qu’à 0,30 €, soit en dessous du coût de production ! L’OPL, la CR et l’EMB réclament un prix moyen du lait à 0,45 €/l.

 

Les décideurs politiques se trompent en voulant que les producteurs de lait soient dépendants des industriels. Être agriculteur c’est être libre de ses choix et responsable. Les éleveurs veulent être associés à une véritable démarche de filière où chaque maillon a son mot à dire et partage aussi les fruits du travail collectif. L’objectif est bien de préserver la diversité des fermes qui ont chacune leur place dans les territoires français.

 

Cette mobilisation, menée en parallèle aux manifestations organisées le même jour à Bruxelles et aux quatre coins de la France, a été réalisable grâce à vous, agriculteurs des Pyrénées-Atlantiques et des Landes. Nous vous remercions pour votre soutien ainsi que Didier Fezans pour nous avoir accueilli dans son exploitation.

 

Pour lire l’article paru dans la République des Pyrénées, cliquez ici

Pour regarder le reportage diffusé sur France 3 Pau (à partir de 1’47), cliquez ici