L'info régionale

Réseaux sociaux

CR64 : compte-rendus de la cellule d’urgence et de la table ronde

CR64 : compte-rendus de la cellule d’urgence et de la table ronde

La CR64 en la personne de Jean Michel Casassus, son président, a participé le 10 février dernier à la cellule départementale d’urgence et la table ronde sur la crise de l’élevage. En voici les compte-rendus.

Cellule d’urgence


1/ Plan de soutien à l’élevage : généralités
L’enveloppe se répartie de la façon suivante :
50 millions sont destinés aux aides fonds d’allègement des charges (FAC)
25 millions sont destinées à l’année blanche. Le dossier est à déposer auprès de la DDTM avant le 30/06/16.
 

2/ Le fonds d’allègement des charges
Pour pouvoir bénéficier du FAC, les producteurs doivent présenter un taux de spécialisation dans le secteur de l’élevage supérieur ou égal à 50 %.
L’aide est calculée comme suit :

  • pour le cas général, 20 % de l’échéance annuelle 2015 (intérêts et capital) des prêts professionnels, y compris foncier,
  • pour les récents investisseurs, à 30 % de l’échéance annuelle 2015, y compris foncier,
  • pour les jeunes agriculteurs, à 30 % de l’échéance annuelle 2015, y compris foncier.

Concernant le 1er volet : 1348 dossiers ont été déposés dans les Pyrénées-Atlantiques. 1090 ont été instruits pour l’instant : 779 sont éligibles et 311 sont non éligibles.

Pour le 2nd volet : 442 dossiers ont été déposés par des éleveurs, auxquels s’ajoutent 12 dossiers déposés par des Cuma. 246 sont en cours d’instructions.
Le paiement est prévu pour le 31/03/2016.

La DDTM n’a pas pu donner suite à 11 dossiers de demande d’apport de trésorerie remboursable (ATR).

3/ L’année blanche
Le crédit agricole a reçu 2 dossiers au 31/01/16 ; 16 au 29/02. Coût total : 317 000 € dont 89 000 € d’intérêts. La banque prendra en charge 44 000 € et n’appliquera pas de frais de dossier ni d’instruction.
Le crédit agricole va prendre d’autres mesures :

  • prêt de trésorerie avec un taux de 1.45 %
  • possibilité de faire une restructuration sur 20 ans

La Banque Populaire Sud Ouest quant à elle a reçu 10 dossiers pour un montant de 56 000 €. Elle prendra en charge les frais d’instruction et les frais de dossier.

Table ronde avec la Préfecture, la DDTM, les transformateurs et la grande distribution

1/ Etat des lieux en Aquitaine
Entre 2000 et 2010, la région Aquitaine a connu une très forte baisse des productions suivantes et une perte de cheptels :
– 65% pour le porc
– 25 % pour les bovins viande
– 40% pour les bovins lait
Les charges ont augmenté et représentent 80% de la valeur de la production contre 2/3 dans le reste de la France ce qui entraine un déficit d’investissement de la part des exploitants.

Malgré tout, le taux de spécialisation a augmenté en Aquitaine et il y a eu également un rajeunissement des exploitations.
Le nombre d’exploitation avicole a également doublé.

Vous pouvez retrouver l’ensemble des données présentées lors de cette table ronde sur le site : https://observatoire-prixmarges.franceagrimer.fr/Pages/default.aspx

2/ Conclusion
L’Aquitaine est une des régions les plus en difficulté car les agriculteurs ne sont pas forcément spécialisés. De plus, les volumes ne peuvent pas compenser les charges, les exploitants sont donc plus dépendants aux aides de l’Etat.

A l’issu de cette table ronde, le Préfet des Pyrénées – Atlantiques s’est engagé à réunir le Conseil départemental, les Maires, l’ensemble des filières et la restauration collective afin de les sensibiliser au ‘manger local’.