L'info régionale

Réseaux sociaux

CR38 : échanges avec Laurent PREVOST, Préfet de l’Isère

CR38 : échanges avec Laurent PREVOST, Préfet de l’Isère

En avril, les responsables de la CR38 (Thierry BOIRON, Jean-Louis OGIER et François FERRAND) se sont entretenus pendant près de deux heures avec M. Laurent PREVOST, Préfet de l’Isère. Xavier CEREZA (directeur de la DDT) et Pauline CREPEAU (cheffe du service agriculture et développement rural à la DDT) ont également pris part à cette rencontre. L’occasion de présenter les revendications du syndicat et de faire le point sur de nombreux sujets d’actualité qui préoccupent particulièrement le monde agricole pour les années à venir.

Conséquences agricoles de la crise ukrainienne

Thierry Boiron, Président de la CR38, commence par dresser un état des lieux du conflit ukrainien qui bouscule fortement les équilibres de la production agricole française. Tandis que le prix du GNR a dépassé les 2 euros par litre au mois de mars et que certains intrants (engrais par exemple) ont vu leurs prix multipliés par 5 en quelques semaines, les coûts de production poursuivent leur flambée sur de nombreux secteurs de charges (carburants, contenants, matériaux…). Dans ce contexte particulièrement tendu, la CR propose un plan d’action pour faire face à la situation actuelle.

Pour faire remonter leurs difficultés actuelles, M.PREVOST indique aux responsables de la CR38 qu’ils peuvent prendre contact avec M. Samy SISAID, sous-préfet à la relance et à la transformation.

Nécessité d’assouplir les contrôles

Crise sanitaire, guerre en Ukraine, aléas climatiques à répétition (gel, sécheresse, grêle)… le contexte extrêmement tendu pose plus que jamais la question des pressions réglementaires auxquelles sont soumis les agriculteurs. Pressions qui se multiplient et s’empilent sans répit depuis des années. Pour permettre aux agriculteurs de faire face, la CR38 demande au Préfet l’assouplissement des contrôles et l’application du « droit à l’erreur ». Cette requête intervient pour permettre de faire descendre la pression qui pèse actuellement sur des professionnels dont l’avenir est parfois compromis et éviter que des drames ne se produisent sur le terrain.

Contraintes environnementales et dénigrement de la profession

Face à l’accumulation de contraintes environnementales franco-françaises totalement déconnectées du terrain, les représentants de la CR38 tirent la sonnette d’alarme. Ils rappellent notamment à M. PREVOST leur opposition à la mise en place des ZNT et du plan pollinisateurs.

En raison de ces règlementations, le monde agricole se trouve confronté à un véritable acharnement médiatique qui crée un état de psychose dans les campagnes. La désinformation et la diabolisation de l’agriculture génèrent un climat particulièrement anxiogène. De nombreux professionnels ne se sentant plus capables d’exercer leur métier en sécurité se retrouvent très régulièrement la cible de violentes attaques verbales, voire physiques. Pour la CR, cette situation est inadmissible. Pour dénoncer cette réalité, défendre les vertus d’un tissu rural diversifié et inviter les acteurs des territoires ruraux à prendre conscience de l’importance de l’agriculture, la CR 38 a commandé une soixantaine de panneaux qu’elle a commencé à installer un peu partout à l’entrée des villages qui en font la demande.

Les discussions se sont ensuite portées sur plusieurs sujets d’actualité : la gestion de l’eau et l’irrigation, la PAC, la mise en application de la loi sur la revalorisation des retraites agricoles (que la CR juge insuffisante), etc.

Après deux heures d’échanges animés, les représentants du syndicat remercient M. PREVOST et les responsables de la DDT pour leur écoute active. Alors qu’en Isère, les chiffres du dernier recensement agricole font état d’une diminution de 23,4% du nombre d’exploitations agricoles entre 2010 et 2020 (source : AGRESTE), la CR38 espère désormais que les discours politiques se traduiront rapidement par des actes concrets et cohérents afin d’enrayer cette hémorragie.