L'info régionale

Réseaux sociaux

CR 09 : Participation au groupe de travail de gestion des populations ursines

Ours

CR 09 : Participation au groupe de travail de gestion des populations ursines

Le 5 février dernier, Yann de Kerimel a participé à la réunion en préfecture sur la gestion de l’ours dans les Pyrénées. Étaient présents sur cette réunion élargie les membres de la préfecture de l’Ariège, les représentants des DDT 09, 31, 64 et 65, et la Confédération paysanne.

La CR Ariège reste ferme sur ce dossier et répète les éléments essentiels à ses yeux :

  • Puçage de TOUS les ours afin que l’on connaisse leur position en temps réel
  • Transparence totale de la part des autorités afin d’être informé de la proximité des ours de chaque estive
  • Concernant les estives sur-prédatées, classement à partir de la deuxième prédation sans que s’applique une limite de calendrier
  • Enfin position de fond sur ce dossier que la CR Ariège ne cesse de répéter : l’ours doit être réensauvagé. Il doit craindre la présence de l’homme, donc des bergers. Pour cela les tirs d’effarouchement doivent se faire à balles réelles mais non létales.

 

Ci-dessous le compte-rendu de la réunion (rédigé par la préfecture) et le diaporama détaillé des éléments discutés cliquez ici.

Stéphane DEFOS présente l’ordre du jour de cette réunion de travail en la replaçant dans le contexte de la gouvernance de massif initiée par le Préfet de Région Occitanie le 24 octobre dernier. 6
groupes thématiques ont ainsi été établis et la réunion de ce jour est la première réunion élargie aux partenaires du groupe thématique « estives sur-prédatées et mesures de gestion de la population
ursine ». L’objectif de la réunion de ce jour est de recueillir les avis et propositions des partenaires sur plusieurs thèmes afin de proposer des nouveaux outils en déclinaison de la feuille de route
« pastoralisme et ours » pour la saison d’estive 2020.
A l’issue de cette introduction, Christine TEQUI déclare que les élus présents et la fédération pastorale de l’Ariège ne participeront pas aux travaux de ce groupe, dans l’attente d’une confirmation écrite des annonces faites par le Président de la République le 14 janvier 2020. Jean- Luc FERNANDEZ et Franck WATTS prennent ensuite la parole pour s’associer à cette décision, ce
dernier regrettant également l’absence de compte-rendu transmis aux participants de la réunion du 24 octobre dernier.
La réunion se poursuit avec la présentation, pour chaque thème, d’éléments de contexte (cf diaporama joint) avant de proposer aux membres du groupe de travail de faire part de leurs observations et propositions.
Ci-après, sont listées de manière non nominative les principales propositions faites en séance par les personnes présentes :

1) EFFAROUCHEMENT
Propositions d’évolutions réglementaires :
• Simplifier la mise en oeuvre de l’effarouchement simple en l’autorisant automatiquement dès la montée en estive.
Propositions pour la mise en oeuvre :
• création d’une brigade de 10 effaroucheurs rattachée à l’OFB ;
• ne pas embaucher les effaroucheurs sur des contrats précaires afin de pérenniser la compétence ;
• mettre en place des opérations d’effarouchements renforcés dès la montée en estives sur les estives habituellement prédatées en début de saison ;
• l’effarouchement renforcé doit être mis en oeuvre en préventif, il ne faut pas attendre les premières prédations pour le déclencher.

2) FIXATION/NOURRISSAGE
Les actions qui pourront être menées en termes de nourrissage/fixation sont intéressantes mais ne constituent pas une priorité. Il convient d’abord de travailler sur des actions concrètes pour protéger les troupeaux pour la montée en estive 2020.

3) PROTOCOLE ESTIVES SUR-PRÉDATÉES
Définition des estives sur-prédatées :
• le terme « sur-prédatée » n’est pas forcément approprié car une estive peut être considérée comme telle dès la 2ᵉ attaque ;
• nécessité de définir les critères de sélection de ces estives.
Mesures appliquées aux estives « sur-prédatées » :
• suivi GPS des ours sur ces estives ;
• améliorer la recherche des indices de prédation et augmenter les analyses génétiques sur ces estives afin de déterminer si un ou plusieurs ours sont à l’origine des prédations ;
• mise en oeuvre des effarouchements renforcés sans la contrainte du poste fixe ;
• renforcer le soutien psychologique aux éleveurs et bergers.

4) PROTOCOLE OURS À PROBLEME
La mise en oeuvre des effarouchements renforcés en préventif doit pouvoir éviter les ours à problème. Il faut pouvoir améliorer la rapidité de déclenchement du protocole.

5) POINTS DIVERS ET POURSUITE DU TRAVAIL
Un travail doit être mené sur le constat déclaratif.
Les moyens humains et financiers pour l’OFB doivent être augmentés. Des réunions de travail par thématiques vont être organisées en lien avec les structures qui souhaitent y participer.

Tags :
,