Newsletter
L'info régionale
Liens utiles
Les jeunes CR

L'info régionale

Réseaux sociaux

Cours du porc : pourquoi en est-on là ?

Cours du porc : pourquoi en est-on là ?

Ce jeudi 31 mai 2018, le cours du porc au Marché de Plérin a été reconduit pour la deuxième séance consécutive à 1,187 euro. Une cotation trop basse pour permettre aux éleveurs de vivre de leur métier.
Une nouvelle fois, Pascal Aubry, responsable de la section Porcs de la Coordination Rurale, tire la sonnette d’alarme et réclame une régulation européenne de la production.

Qui sont les coupables de la crise que traverse la production porcine ? Les GMS et leur guerre des prix ? Les Espagnols qui produisent avec des normes sociales et environnementales inférieures aux nôtres, permettant d’exporter des produits à bas coût ? Pour Pascal Aubry, éleveur de porcs en Mayenne, « l’explication principale de la faiblesse des cours actuelle est à chercher du côté de la surproduction mondiale ».

Comme le montre le tableau ci-dessus, publié dans la note mensuelle du MPB en octobre 2017, sur les cinq dernières années, la production est très largement supérieure à la consommation mondiale.

Export ! Export ! Export !

Dans ce marché saturé, l’interprofession continue pourtant à défendre sa vision exportatrice pendant que les éleveurs peinent à dégager un revenu. Mais comment peut-elle croire que le marché Russe va s’ouvrir de nouveau alors que le pays est en passe de devenir autosuffisant et bientôt capable d’exporter ? Comment croire que la Chine va continuer à importer massivement quand on sait que chaque jour des fermes géantes sont inaugurées ? Pour Pascal Aubry : « À l’exception d’un problème sanitaire dans l’un des gros bassins de production la production va continuer à croître ».

La CR a certainement tort d’avoir raison trop tôt, mais malheureusement « Nos prévisions s’avèrent exactes. Il est urgent que nos responsables politiques ou professionnels se posent les bonnes questions : doit-on attendre éternellement pour que les éleveurs puissent obtenir un prix rémunérateur grâce au sacro-saint marché où engageons-nous dès maintenant une régulation européenne pour corréler la production à la consommation ? »

Pascal Aubry met en garde : « si nous ne le faisons pas, cette régulation se fera par la suppression des élevages. Et ça, la Coordination Rurale ne peut s’y résoudre ! »

Prix du porc : la FNP déconnectée des réalités du terrain

Pourquoi le cours du porc est-il à la baisse ?

Chute des cours du porc : la CR demande une réaction urgente



Inscription à la newsletter nationale





Adresse e-mail * :
Veuillez ressaisir votre Adresse e-mail * :
Prénom :
Nom :
Code postal * :
Ville :
Mobile :

Vous êtes agriculteur ? Quel est votre domaine d’exploitation ? :
Viticulture
Grandes Cultures
Productions Spécialisées
Lait
Viande
Fruits et Légumes

Les champs marqués d’un * sont obligatoires.