L'info régionale

Réseaux sociaux

Cotisations professionnelles dissimulées, retenues d’eau, la CR 63 rencontre la députée Thomas

Cotisations professionnelles dissimulées, retenues d’eau, la CR 63 rencontre la députée Thomas

Interpellée par un courrier concernant une demande de transparence sur le prélèvement des cotisations professionnelles par les organismes stockeurs, Madame THOMAS, députée de la 1ère circonscription de Clermont-Ferrand a souhaité rencontrer des élus de la CR63.

Pour rappel, lorsqu’un céréalier vend sa récolte à un organisme stockeur, il n’est pas rare qu’il voie sa facture allégée par le prélèvement de diverses taxes et cotisations. Parmi elles, se trouvent les cotisations professionnelles facultatives, retirées souvent à l’insu du vendeur au profit des syndicats spécialisés.

Comme Daniel CONDAT l’explique : « Cette cotisation professionnelle devrait dans l’absolu n’être prélevée qu’à la demande de l’agriculteur et reversée à l’association choisie par l’agriculteur. Or, dans les faits, on constate que ces cotisations facultatives sont souvent prélevées à l’insu de l’agriculteur et versées ensuite aux structures en lien étroit avec la FNSEA (AGPB, AGPM, FOP). Cette cotisation n’est pas obligatoire et pourtant c’est à l’agriculteur de manifester son refus de la payer, sans quoi, il sera contre sa volonté adhérent avec une reconduction automatique de la cotisation d’une année sur l’autre. »

Madame THOMAS s’est engagée à dénoncer cette pratique auprès du ministre de l’agriculture afin que le prélèvement de ces cotisations soit très encadré.

Mme THOMAS a souhaité quant à elle évoquer des tensions autour de la création de retenues collinaires qui suscitent de vives réactions de certains écologistes en Limagne. Qu’en pensent les élus de la CR ? Comme G. CIERGE, l’évoque : « ces petits projets d’une capacité inférieure à 10 000 m3 sont étudiés très scrupuleusement et rentrent dans une logique de circuits courts. L’irrigation a mauvaise presse car elle est perçue comme une action irréfléchie et associée à une agriculture très industrielle. Pourtant, les techniques d’irrigation ne datent pas de notre époque, ces pratiques étaient déjà utilisées en Mésopotamie 5000 ans avant JC. »

Sans eau pas de vie et donc pas d’agriculture !

Par ailleurs, la CR 63 a également interpellé Madame THOMAS sur l’arrêté promulgué par la préfecture du Lot-et-Garonne relatif à la simplification de l’entretien des cours d’eau et fossés ne nécessitant plus de déclaration ou d’autorisation. Le syndicat estime qu’il est nécessaire d’étendre cette simplification administrative à toute la France notamment pour des travaux d’entretien.

Pour conclure, cette rencontre D. CONDAT a souhaité réagir à la convention citoyenne et aux mesures absurdes qui en découlent : « on utilise la démocratie pour faire de la manipulation politique, arrêtons de faire n’importe quoi ! »

La CR 63 remercie la députée pour la qualité de cet échange et son soutien sur ces dossiers.

Tags :