L'info régionale

Réseaux sociaux

La Coordination Rurale des Hautes-Pyrénées en action à l’Assemblée nationale

CR65 Assemblée nationale

La Coordination Rurale des Hautes-Pyrénées en action à l’Assemblée nationale

Sur invitation du député Jean-Bernard Sempastous, la Coordination Rurale des Hautes-Pyrénées (CR65) s’est rendue ce mercredi 10 octobre à l’Assemblée nationale afin de proposer à nos députés une sélection de produits à haute valeur ajoutée du département. Vins, foies gras, confitures, gâteaux à la broche et autres douceurs : tout le patrimoine culinaire du département était représenté… ou presque : le fromage de brebis avait en effet été remplacé par du fromage de vache et de chèvre.

Pourquoi ne pas avoir amené du fromage de brebis ?

Tout simplement parce que, par le biais de cette action, la CR 65 a voulu alerter sur le danger que représente l’ours pour le pastoralisme et tout ce qui en découle, notamment le fromage de brebis !

« En supprimant ce produit phare de notre sélection, nous avons symboliquement voulu attirer l’attention sur un problème qui ne l’est pas : l’ours dans les Pyrénées. La politique de réintroduction de l’ours telle qu’elle est menée, de manière complètement hors-sol, est totalement déconnectée du terrain. Le terrain, ce sont des hommes et des femmes qui tous les jours font vivre nos montagnes et se lèvent tous les matins pour nous en offrir le meilleur. Réintroduire l’ours dans le milieu pastoral, c’est comme dire à un apiculteur « nous allons lâcher des frelons asiatiques au milieu de vos ruches ». Nous avons traversé la France afin d’alerter, une fois de plus, sur la situation. Nous espérons être enfin entendus » explique Éric Préchacq, président de la CR65.

Par cette action, la Coordination Rurale des Hautes-Pyrénées a mis en lumière ce que pourrait être l’avenir à moyen ou long terme, lorsque l’ours aura proliféré : une disparition partielle ou totale de toute une frange de productions pastorales ancestrales.

Le débat a pu s’engager en toute convivialité entre les agriculteurs et les députés, dont certains ont été sensibles aux arguments avancés par la CR65.

Richard Ferrand, président de l’Assemblée nationale, qui était également présent, a souligné toute la valeur que représentent les productions de qualité.

À voir le monde présent et les nombreux échanges qui ont eu lieu, nul doute que cette soirée a suscité l’intérêt de nos députés !