L'info régionale

Réseaux sociaux

Communiqué de presse : La CR53 dénonce de nouvelles intrusions dans des élevages mayennais et appelle les parlementaires à légiférer

Communiqué de presse : La CR53 dénonce de nouvelles intrusions dans des élevages mayennais et appelle les parlementaires à légiférer

Cette fin de semaine, de nouvelles intrusions ont eu lieu dans un ou plusieurs élevages de porcs du nord de la Mayenne. Les intrus appartenant à l’association Direct Action Everywhere ont filmé deux porcelets morts mis de côté en attendant les services d’équarrissage. La CR53 s’insurge contre ces intrusions qui se multiplient et qui constituent un non-respect de la propriété privé, atteignent moralement les agriculteurs et engendrent des risques sanitaires pour l’élevage (mesures de biosécurité). Quand cela va-t-il s’arrêter ?

« Nous constatons, faute de décisions politiques concrètes, que les intrusions dans les élevages continuent, déplore Pascal Aubry secrétaire de la CR53 et président section Porcs de la Coordination Rurale. Face à ces épreuves, les agriculteurs peuvent toutefois compter sur le soutien et la défense de la Coordination Rurale. Les agriculteurs sont invités à suivre les recommandations suivantes » :

– afficher une pancarte matérialisant l’interdiction d’entrée dans le site pour les personnes non autorisées. Ceci facilite la reconnaissance du caractère fautif de l’intrusion.

– prévenir immédiatement la gendarmerie

– recueillir des preuves de l’intrusion (photos, vidéos…)

– ne surtout pas expulser les individus par la force

– porter plainte quelle que soit l’issue de l’intrusion

La Coordination Rurale compte sur les services de l’État pour procéder aux contrôles d’hygiène afin de restaurer l’honneur bafoué des deux éleveurs mayennais victimes de ces intrusions. Notre syndicat se tient prêt à se tenir aux côtés des services de l’État pour que ces démarches se déroulent le mieux possible avec les agriculteurs.

Pour arrêter ces dérives, la CR53 a dernièrement proposé une réunion aux parlementaires mayennais et aux services de l’État pour réfléchir à une proposition de loi qui viendrait combler le flou juridique actuel. En effet un champ sans habitation, même s’il est clôturé, n’est pas considéré comme un domicile à ce jour. De plus, la difficulté pour qualifier ces actes de violation de domicile vient du fait que cette intrusion doit être le fait de manœuvres, menaces, voies de fait ou contraintes. Dès lors, quand une personne pénètre un lieu sans croiser personne, cette personne n’entre pas dans le cadre du délit. C’est pourquoi il est urgent de légiférer pour protéger les agriculteurs contre les intrusions !

Contact presse :

Pascal Aubry : 06 33 57 32 59
Gaëlle Minso : 06 83 68 84 51