L'info régionale

Réseaux sociaux

CNGRA : Un système en bout de course, face aux aléas qui se multiplient

secheresse

CNGRA : Un système en bout de course, face aux aléas qui se multiplient

Suite à la réunion du Comité national de gestion des risques en agriculture du 18 février, Sylvie Bonnet, représentante de la Coordination Rurale et vice-présidente de la CR du Cantal, nous livre ses impressions.

« Sur 132 millions d’euros demandés pour 27 départements, 75 millions d’euros seulement ont été accordés. La CR a voté contre les propositions du CNGRA induisant  pour beaucoup de dossiers une diminution des pertes ne correspondant plus à la réalité du terrain.

La CR a pris ses responsabilités en  faisant le choix de voter pour 6 dossiers dont les pertes estimées correspondaient aux pertes effectives sur le terrain. Par ailleurs, nous avons voté contre les autres propositions qui étaient complètement décorrélées des remontées de terrain que nous avions. Il est regrettable que la FNSEA et les JA n’aient pas pris part au vote concernant les indemnisations mettant en péril l’ensemble des dossiers.

Plus largement, la CR demande une réforme de ce système de calamités agricoles, dont les critères d’éligibilité semblent obsolètes face à des aléas climatiques de plus en plus nombreux. Dans le cas des dossiers recalés du Lot, du Cantal et de la Haute-Vienne, les sécheresses répétées ne permettent plus ici d’atteindre le caractère exceptionnel. Or, cela fait 5 ans que l’on subit des sécheresses consécutives, c’est cela le caractère exceptionnel !

Ces trois dossiers ne peuvent pas être mis de côté, ils sont légitimes et de nombreuses exploitations ont besoin de cette aide. Certaines prairies ne repoussent plus, des éleveurs vont ressemer leurs prairies et ont acheté une fois encore du fourrage dès le mois d’octobre, ce n’est plus tenable.

La CR souhaite être force de propositions en réalisant une feuille de route afin d’aller de l’avant et aider notre monde agricole en grande souffrance coincé entre des aléas climatiques, qui demandent de la souplesse et de l’adaptabilité, des aides PAC très rigides qui laissent peu de place à l’adaptation et l’absence de prix rémunérateurs pour lesquels la CR se bât sans relâche.« 

La CR fera part de son point de vue sur le CNGRA et de la nécessité de réformer rapidement ce système lors d’un entretien avec le président de la République vendredi prochain, et via un courrier adressé au ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie.