L'info régionale

Réseaux sociaux

Chasse : lettre ouverte au président de la fédération de l’Ardèche

Dégâts sangliers dans mais

Chasse : lettre ouverte au président de la fédération de l’Ardèche

Monsieur le Président,

Je souhaiterais réagir à votre communiqué de presse du 11 septembre suite à la découverte de sangliers sur la commune de Lamastre.

Tout d’abord, je veux vous rappeler que le sanglier est classé nuisible et que les agriculteurs en sont les premières victimes. Il est donc tout à fait légitime d’exprimer notre mécontentement.

Les dégâts de sangliers sont la première calamité agricole du département de l’Ardèche car ils touchent tous les secteurs d’activité (arboriculture, viticulture, élevage, céréales, maraîchage, petits fruits, châtaignes, prairies…). Les ongulés mettent en péril nos exploitations en détruisant nos outils de production.

Quel chef d’entreprise laisserait démolir son usine sans broncher ?

Que les choses soient bien claires, la chasse est un loisir durant quelques mois, l’agriculture, un travail de tous les jours et qui mérite un revenu et le respect. Il ne faut donc pas inverser le sens des valeurs.

Sachant que nous mettons gracieusement à votre disposition nos parcelles de terrains cultivés, nous attendons donc un minimum de respect.

Hélas, la surpopulation de sangliers que vous avez créée (avec le croisement du cochon domestique) et que vous entretenez (par l’agrainage et par le choix de ne pas tuer les laies) nous oblige à une révolte légitime. Ainsi, la CR07 revendique les deux premiers dépôts durant la période électorale. Quant aux autres, ils sont le fait du mécontentement de certaines personnes excédées, dont nous pouvons qu’admirer le courage.

Mais c’est aussi le résultat d’un système d’indemnisation qui ne couvre pas tout le champ des préjudices que subissent nos exploitations. De ce fait, il est évident que les agriculteurs se défendent contre ce nuisible par tous les moyens pour éviter leurs pertes.

Nous dénonçons ce système d’indemnisation. Celui-ci n’est plus adapté compte tenu de la gravité de la situation.

A ce titre, la CR demande les compétences d’un expert indépendant et professionnel (et pas un chasseur agraineur, comprendra qui voudra…) pour l’évaluation des sinistres. Les barèmes doivent être actualisés chaque année et doivent être départementaux et non pas nationaux. La prise en charge doit se faire sur les frais réels du coût de la remise en place des prairies, des vignes, des clôtures… D’ autre part, les demandes d’indemnisations doivent être simplifiées afin de pallier aux dérives actuelles (c’est du BAC +7) et surtout revenir à la déclaration parcelle par parcelle et non plus à l’îlot PAC.

Mais encore, dans votre communiqué, vous faites état du risque à l’atteinte à la sécurité publique et sanitaire, par rapport aux dépôts de sangliers. Vous vous moquez du monde.

– La sécurité routière est elle respectée quand les sangliers traversent nos routes ?

– La sécurité est-elle respectée avec les sangliers dans les villes, villages, ou aux abords des habitations ?

– La sécurité est-elle respectée le samedi en battue ou le dimanche lors des promenades en famille ?

– Combien a fait de morts ou de blessés la chasse en Ardèche ces dernières années ?

Pour ce qui est du sanitaire :

– Que faites-vous des 25 000 sangliers tués sur le département ?

– Que faites-vous des « ventrailles » ?

– Où sont vos cotisations « équarrissage » ?

– Pourquoi échappez-vous à la loi à laquelle sont soumis tous les éleveurs bovins, ovins, caprins… ?

Montrez-nous la gestion des déchets de viande, qui selon nos estimations, avoisinent 75 tonnes.

Avez vous oublié les 117 crânes de sangliers jetés dans le ruisseau à St Gennet Lachamps ; et votre condamnation par le tribunal de Privas ?

Ce genre de provocations, de défiances et d’intimidations par communiqué de presse ou par mails envers le monde paysan est scandaleux et ne vous grandit pas. Bien au contraire. Il est temps pour vous d’opérer à une révolution idéologique de la chasse. Entendez-le.

Nous ne pouvons plus accepter la surpopulation et les dégâts qui vont avec. Prenez vos responsabilités. Notre travail et notre profession mérite considération et respect. La Coordination Rurale n’est pas contre la chasse bien au contraire, mais ce que nous vous reprochons, c’est la gestion calamiteuse du sanglier et la continuité de cette gestion.

La CR07 est tout à fait disposée à collaborer et à être force de proposition pour contribuer à une amélioration rapide de la situation. Mais le syndicat continuera à défendre les intérêts des agriculteurs de toutes les manières possibles.

Gilles JOUVE

Président de la CR07