L'info régionale

Réseaux sociaux

CETA : les CR d’outre-mer réagissent suite au vote des députés

CETA

CETA : les CR d’outre-mer réagissent suite au vote des députés

Lundi 05 août 2019, la CR Gwadloup, la CR de Martinique, la CR de La Réunion et la CR de Mayotte ont écrit aux différents députés de leurs îles respectives afin de réagir à leur prise de position concernant le vote du CETA le 23 juillet dernier. Chaque structure a donc tenu à remercier les députés ayant voté contre cet accord de libre-échange néfaste aux agriculteurs; et a demandé des explications et une rencontre aux députés s’étant abstenus ou ayant voté en faveur du CETA.

 

Nous rappelons que les CR d’outre-mer avaient déjà interpellé le 28 juin dernier tous les députés les représentants de manière unanime pour les inciter à ne pas voter en faveur du CETA. Un « Engagement moral contre la ratification du CETA » avait également été joint au courrier et proposé à chacun des députés.

 

Par la suite, la Coordination Rurale Union Nationale est allée, avec des agriculteurs CR venus des quatre coins de la France, à la rencontre des députés devant l’Assemblée nationale mercredi 17 juillet, jour initialement prévu pour le vote du CETA. Cette mobilisation a rencontré un fort succès et ce sont près de 120 agriculteurs provenant de toute la France qui sont montés à Paris afin de dissuader les députés de ratifier le CETA et s’opposer aux accords de libre-échange. Vous pouvez retrouver l’article concernant cette manifestation en cliquant ici.

 

Enfin, le vote a été reporté suite à la manifestation au 23 juillet dernier. Ainsi, les CR d’outre-mer ont sollicité leurs députés respectifs la veille du vote, le 22 juillet 2019, en envoyant un courrier spécifique aux députés favorables au CETA et un autres aux membres de l’opposition.

 

Les différentes CR d’outre-mer sont donc depuis toujours mobilisées pour dénoncer ce traité de libre-échange qui menace les agriculteurs. La Coordination Rurale n’abdiquera pas tant qu’il restera une petite chance de sauver de nombreuses familles et défendre notre agriculture d’excellence reconnue dans le monde entier. Nous sommes convaincus que les sénateurs, qui doivent maintenant étudier cet accord, sauront faire le bon choix et refuser de le ratifier en le renvoyant sur les bancs de l’Assemblée nationale. Nous restons mobilisés et nous irons une nouvelle fois à la rencontre des députés qui ont voté en faveur de cet accord pour les convaincre qu’ils se trompent.