L'info régionale

Réseaux sociaux

CDOA en Eure-et-Loir : l’administration ne veut toujours pas entendre le bon sens paysan

CDOA en Eure-et-Loir : l’administration ne veut toujours pas entendre le bon sens paysan

Deux représentants de la CR 28, Philippe Ribault et Daniel Robert, étaient à Chartres le jeudi 27 août pour la Commission départementale d’orientation agricole (CDOA).

Au vu de la gravité de la situation agricole de notre département et de notre région, Philippe et Daniel ont jugé bon de tenir un propos liminaire afin d’aborder les sujets agricoles les plus graves de cette fin d’été. Philippe s’est alors adressé à la personne responsable lui demandant si la CDOA avait encore une utilité puisqu’il semblerait que des porteurs de projet d’agrandissement échappent au droit de regard de la commission structure ainsi qu’au schéma régional. Exploiter sans autorisation semble possible si personne ne se manifeste contre et avec aucun pouvoir de la DDT pour s’y opposer ! Malgré tout, l’administration justifie son utilité dans son rôle d’information.

Ordre du jour : actualité PAC, PCAE, contrôle des GAEC et conjoncture agricole.

 

PAC

Il a été soulevé la question des SIE (surfaces d’intérêt écologique), l’absurdité d’implanter avant une date butoir, qu’il est possible de décaler seulement avec l’accord de Bruxelles. Qui plus est, lorsque cette date est reculée, le paiement vert l’est aussi ! Tous les professionnels présents, MSA, Chambre d’agriculture… s’accordent à dire que semer des SIE ou des CIPAN sans perspective de levée (du fait de la sécheresse) ne peut assurer les obligations de résultat. Aussi, « quel gâchis lorsqu’un contrôleur vient d’Orléans vérifier les SIE après la date autorisée pour leur destruction ! » s’agace Philippe Ribault. « Un membre de la DDT a admis travailler dans des conditions complexes où les réglementations ne collent pas à la réalité du terrain ! » ajoute-t-il.

 

PCAE – Plan de Compétitivité et d’Adaptation des Exploitations

L’administration s’étonne que les dossiers déposés ne soient pas suivis de près par les agriculteurs. Nous leur répondons qu’au vu de la complexité des dossiers, il ne faut pas s’étonner que les agriculteurs décrochent et s’éloignent de la procédure.

 

Jachères

Un autre sujet était celui des jachères, dont l’utilisation a été autorisée fin juillet par le gouvernement. La DDT d’Eure-et-Loir a rappelé qu’elle en avait fait la demande auprès du ministère de l’Agriculture fin juin.

 

ZNT

Un membre de la CDOA a soulevé la volonté de demander un déclassement fiscal des parcelles concernées par la mise en retrait de la production suite à la réglementation des ZNT. Philippe ajoute que l’entretien de ces ZNT va poser de nouveaux problèmes aux agriculteurs, à titre d’exemple elles pourraient faciliter l’accès des propriétés à des cambrioleurs.

 

Suite à ces sujets évoqués, nous sentons une réelle inquiétude du monde agricole. L’administration semble en prendre conscience petit à petit. Néanmoins, malgré les demandes véhémentes de la CR 28 qui s’exprime sur ces sujets depuis des années, « l’administration ne veut toujours pas entendre le bon sens paysan », conclut Philippe Ribault.

Tags :
, , , , ,