L'info régionale

Réseaux sociaux

Porcs

Porcs

Prix du porc : Les éleveurs désespèrent !

Après l'embellie des mois derniers, le cours du porc ne cesse de baisser et est passé de 1,75 € à moins de 1,39 € le Kg. A ce prix, le travail des producteurs n’est pas correctement rémunéré.

Baisse du prix du porc : Les éleveurs désespèrent !

Après avoir connu une réelle embellie depuis quelques mois, le cours du porc ne cesse de baisser ces dernières semaines passant de 1,75 € à moins de 1,39 € le Kg. A ce prix, le travail des producteurs n’est pas correctement rémunéré.

Qui se soucie du bien-être des producteurs de porcs ?

La CR et l'ONEP (Organisation Nationale des Éleveurs de Porcs) se réjouissent de la remontée significative du cours du porc sur les principaux marchés de l'Union Européenne. La hausse doit être durable pour que les éleveurs puissent refaire leur trésorerie et ainsi retrouver la capacité d'investir, notamment au niveau des mises aux normes pour le bien-être des truies gestantes.

L’inquiétude grandit chez les éleveurs de porcs

Cette première partie d’été nous aura finalement épargné la sécheresse que l'on redoutait : un soulagement pour les éleveurs qui ont le fourrage nécessaire à l'hivernage. Mais la mondialisation vient nous répercuter les effets d'une sécheresse à l'autre bout du monde. Les stocks mondiaux s’amenuisent et les prix s'envolent, ce qui alourdit la facture alimentaire des éleveurs.

Augmenter le prix du porc à la production : une urgence vitale !

Actuellement, le prix du tourteau de soja atteint des records à plus de 550 euros/tonne (les cours ont doublé en un an) et le prix des céréales, tendu par la faiblesse des stocks et des récoltes du monde entier, augmente aussi très fortement pour atteindre 270 €/tonne contre encore 200 €/t il y a un mois !

Fonds de cautionnement porc : une opportunité pour les mises aux normes ?

La FNP a annoncé la création d'un fonds de cautionnement destiné aux éleveurs pour la mise aux normes des bâtiments pour les truies gestantes. Alors que l'ONEP réclame le report de cette obligation qui fera disparaître de nombreux élevages, le syndicat majoritaire la cogère en proposant des aménagements financiers.