L'info régionale

Réseaux sociaux

Bien-être animal : la CR fait preuve de bon sens

porc

Bien-être animal : la CR fait preuve de bon sens

Le mardi 29 mai, Catherine Laillé, éleveuse en Loire-Atlantique participait au Comité Porcins d’AgriMer à Paris. Retour sur quelques points abordés.

Bien-être animal : Stratégie 2015 – 2020

À l’horizon 2020, la caudectomie, à savoir la coupe de la queue qui intervient sur des porcelets de moins de 7 jours, ne pourra plus être pratiquée. La Coordination Rurale a demandé lors de cette réunion que des expérimentations soient réalisées chez les éleveurs volontaires, qui pourraient être indemnisés.

La castration pourrait également être arrêtée d’ici 2020. Quid des carcasses odorantes ? Pour Catherine Laillé : « la Cooperl qui ne pratique plus la castration, ne parle pas de ce problème. Pourtant, les très fortes odeurs que peut dégager la viande font courir le risque d’un arrêt de la consommation, pour la personne qui fait cette mauvaise expérience mais également pour toute la famille. Nous nous posons beaucoup de questions car les techniques pour détecter les carcasses odorantes ne sont pas au point. »

De manière générale, « Nous pensons que trop de suspicion et de contrôles dans les élevages entretiennent le doute chez le consommateur », conclue Catherine Laillé.

Situation des marchés

La différence entre le cours allemand et français est toujours grande (16 cts). En 2017, la production européenne a augmenté de 2 %. Si la production allemande est restée stable, ce n’est pas le cas de l’Espagne (+5,7%) et de la Pologne (+5,8%). Dans le même temps, la rentabilité dans les élevages s’est dégradée.

France Agrimer a rappelé la baisse de l’activité de transformation et de la consommation en France.

Pour Catherine Laillé : « seule la CR parle du prix aux producteurs, scotché à 1,18€ depuis des mois. C’est invivable ! Qu’est-ce que la filière porcine attend pour se remettre en question ? Suite aux États généraux, la CR a fait des propositions précises pour améliorer le plan de la filière porcine. Nous avons défendu la prise en compte des réels coûts de production pour permettre une juste rémunération des éleveurs et investir. Nous attendons toujours la FNP et Inaporc sur ces indicateurs que nous pourrions prendre en compte. »

Peste Porcine Africaine (PPA)

La PPA évolue dans les pays de l’Est et se rapproche dangereusement. La DGAL travaille sur un plan d’action. La CR demande un arrêt des importations, car comme l’explique Catherine Laillé « mieux vaut prévenir que guérir. Les producteurs de porcs n’ont pas envie d’avoir les mêmes contraintes que les éleveurs de volaille. »