L'info régionale

Réseaux sociaux

BAYER (GAUCHO®) et MONSANTO (OGM) désavoués par le Conseil d’Etat

BAYER (GAUCHO®) et MONSANTO (OGM) désavoués par le Conseil d’Etat

Top Headlines

La section apicole de la CR, soucieuse du déclin des insectes pollinisateurs et de ses conséquences pour les générations à venir, salue les deux décisions du Conseil d’Etat du 28 avril 2006.

GAUCHO ® / BAYER

Le Conseil d’Etat a en effet rejeté la requête présentée par la Sté BAYER/Cropscience et l’Association Générale des Producteurs de Maïs (les producteurs de maïs de la FNSEA) visant à annuler l’interdiction de l’insecticide Gaucho® prononcée par le Ministre de l’Agriculture le 25 mai 2004.
Il s’agit là du troisième arrêt du Conseil d’Etat contre l’autorisation de l’insecticide systémique dénoncé depuis plus de dix ans par les apiculteurs, suite aux désastres subis par leurs abeilles.

La plus haute juridiction nationale confirme ainsi, pour la troisième fois, ce que la filière apicole a mis au jour : l’illégalité du Gaucho® dont l’innocuité n’a pas été démontrée avant sa mise sur le marché et les manquements majeurs du fabricant et de l’administration en matière d’homologation dont a fait l’objet ce dangereux pesticide.

OGM / MONSANTO

Le Conseil d’Etat a également annulé deux autorisations accordées à la Sté MONSANTO pour cultures expérimentales en plein champ de maïs génétiquement modifiés, au motif d’une carence d’information de la part du fabricant s’opposant à une évaluation fiable du risque présenté par les plantes génétiquement modifiées.
Le Conseil d’Etat a rappelé qu’une seule et unique méthode d’évaluation du risque pour l’homme, l’animal et l’environnement s’impose à l’administration.

Les apiculteurs de la CR attendent maintenant que les OGM et PGM (Plantes Génétiquement Modifiées) ainsi que les produits phytosanitaires, soient dorénavant soumis aux mêmes critères d’évaluation fiable avant leur mise sur le marché, et, qu’en l’absence d’études de leur impact sur la santé, sur l’environnement et sur les abeilles démontrant leur innocuité, le principe de précaution, élémentaire et constitutionnel, soit rigoureusement appliqué.