L'info régionale

Réseaux sociaux

Plan pollinisateur : la motion de la CR69 approuvée en session

abeille

Plan pollinisateur : la motion de la CR69 approuvée en session

Ce vendredi 9 juillet 2021, lors de la dernière session Chambre d’agriculture du Rhône, la Présidente de la CR69 Françoise Boyer a proposé une motion pour marquer son opposition au projet d’arrêté relatif à la protection des abeilles et des autres insectes pollinisateurs et à la préservation des services de pollinisation lors de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques. Suscitant de vives discussions, celle-ci a été approuvé à l’unanimité des membres présents. En voici le contenu, ci-dessous :

    • Considérant que :
      • Toutes les productions végétales sont concernées et sont donc lourdement impactées.
      • Les questions de sécurité relatives au travail de nuit n’ont pas été étudiées ni même appréhendées, alors que le travail de nuit est considéré comme facteur de risque depuis 2015. Cette classification oblige les professionnels à prendre plusieurs mesures, notamment en direction des salariés et à s’équiper en conséquence. Cet ensemble de règles représente un surcoût conséquent.
      • L’interdiction de principe des traitements en période de floraison, en plus d’une impasse technique, générera un coût supplémentaire accentuant l’avantage concurrentiel des pays importateurs.
      • L’encadrement des fenêtres de traitement en fonction de la température extérieure a été évoqués. On peut craindre que l’article 3 notamment dans son deuxième alinéa laisse la possibilité d’appliquer la double contrainte horaire et thermométrique. Une telle exigence entraîne l’impossibilité factuelle de traiter les productions, quels que soient les cas de figure.
      • Que ce projet est un texte idéologique qui désigne l’agriculture comme seule coupable et la condamne.
    • La Chambre d’agriculture demande que :
      • l’arrêté abeilles tel qu’il est rédigé, ne soit pas signé.
      • soit menée une étude économique et technique auprès de professionnels volontaires, y compris en maraîchage, arboriculture, grandes cultures et horticulture ornementale, et ce pendant une période de trois années.
      • que les résultats de cette étude soient diffusés avant toutes nouvelles discussions sur l’arrêté abeilles.