L'info régionale

Réseaux sociaux

Ardennes: projet retenu au Programme d’Investissement d’Avenir

ardennes

Ardennes: projet retenu au Programme d’Investissement d’Avenir

Dans le cadre de la transition écologique de la France, Ségolène Royale a mis en place le Programme d’Investissements d’Avenir (PIA), qui se compose de 4 appels à projet pour un budget total de 23 millions d’euros. Ce 4ème appel à projet intitulé « sites pilotes pour la reconquête de la biodiversité », dispose quant à lui, d’une enveloppe de 15 million d’euros.

Projet RTE & TVB dans les Ardennes

Le projet « RTE&TVB / Parc naturel régional des Ardennes : Etudes et mise en place d’infrastructures écologiques spécifiques sous les lignes électriques et dans les tranchées forestières pour assurer la continuité écologique et participer à la reconquête de la biodiversité » fait parti des 14 appels à projet retenus (sur 56 candidats).

Depuis mars 2016, le Parc naturel régional des Ardennes s’est associé au Réseau de transport d’électricité (RTE) dans une dynamique de préservation de l’environnement. Les deux parties se sont engagées par convention, à mener des actions de restauration de la Trame Verte et Bleue (il s’agit des réservoirs d’eau et de corridors écologiques), notamment sous les lignes électriques du massif forestier de l’Ardenne. RTE s’est engagé a financé entièrement les travaux d ‘aménagement (dans la limite des crédits alloués).

Biodiversité & Agriculture

La Coordination Rurale des Ardennes félicite l’engagement et la réussite de RTE ainsi que le Parc naturel régional des Ardennes et tient à rappeler la place importante du monde rural pour le maintien des paysages et de la biodiversité. Les agriculteurs sont des acteurs indispensables au maintien de la biodiversité puisqu’ils vivent au quotidien avec l’environnement.

La Coordination rurale rappelle, en outre, que Stéphane Le Foll avait également tenté de mettre en place une loi pour la transition écologique de l’agriculture mais que dans le contexte économique actuel, cette transition n’est pas la plus opportune.

La transition écologique s’opérera naturellement si les agriculteurs perçoivent au préalable de prix rémunérateurs, car une transition nécessite inévitablement un soutien financier. Les aides ne doivent pas remplacer les prix !

Enfin, l’enseignement agricole également ne doit pas présenter la transition écologique comme parole d’évangile, en omettant la réalité économique du terrain.