L'info régionale

Réseaux sociaux

Algues vertes : Arrêtons les salades !

Algues vertes : Arrêtons les salades !

Un second plan nitrate, pour lutter contre les échouages d’algues vertes qui battent des records cette année, a été annoncé par Thierry Burlot, vice-président du Conseil Régional en charge de l’environnement. Pour la Coordination Rurale, ce nouveau programme, en plus de stigmatiser les agriculteurs, est voué à l’échec puisqu’il n’y a aucune corrélation prouvée entre les rejets d’azote et le développement des ulves !

Face au tsunami idéologique et émotionnel, l’objectivité scientifique doit être de mise

Le vice-président du Conseil Régional s’étonne que certaines baies où la concentration de nitrates est faible soient envahies par les algues alors que d’autres avec un fort taux ne le sont pas. « Rien de plus normal, car il n’y a pas de lien, commente Hervé Guillerm, éleveur et président régional de la Coordination Rurale. Il est prouvé que les marées vertes sont un phénomène aux origines diverses : chimique, physique, biologique et écologique ».

Les scientifiques expliquent que l’azote et le phosphore ne sont pas des polluants mais des nutriments indispensables à la croissance des végétaux. Quels que soient les rejets, un déficit d’azote dû aux activités humaines est comblé par l’azote de l’air disponible en quantité illimitée. « Vous pouvez diminuer tant que vous voulez les rejets d’azotes, qui ne sont pas tous d’origines agricoles, les algues compenseront, explique Hervé Guillerm. Par contre, ce n’est pas le cas pour le phosphore. »

Les stations d’épurations doivent faire autant d’effort que les agriculteurs.

L’éleveur est formel : « l’apparition d’algues vertes est due au défaut de traitement du phosphore dans les stations d’épuration et au délestage dans la mer des eaux usées (rejets des cuisines, des toilettes ou des salles de bains) lorsque le réseau est saturé. Les agriculteurs à qui on demande de plus en plus d’efforts, sont écœurés de voir que certaines stations comme Crozon largue 28 000m3 d’effluents non traités à la mer tous les ans. Il y a beaucoup d’autres cas notamment dans les Côtes-d’Armor. »

Hervé Guillerm qui demande de vraies études sur l’origine des algues vertes conclut : « Les stations d’épurations doivent faire autant d’effort que les agriculteurs ».

Contact : Hervé Guillerm 06.07.84.87.92


*Assainissement. Crozon en eaux troubles. Le Télégramme. Mercredi 5 juillet 2017. p. 9 – http://www.letelegramme.fr/finistere/assainissement-crozon-en-eaux-troubles-05-07-2017-11583767.php