L'info régionale

Réseaux sociaux

L’agriculture et les accords de libre-échange : la provenance des fruits et légumes (13/21)

L'agriculture et les accords de libre-échange Citation de Fabrice Curtil

L’agriculture et les accords de libre-échange : la provenance des fruits et légumes (13/21)

Du 7 au 29 juillet, retrouvez sur notre site Internet une série de 21 articles (un par étape du Tour de France)
sur les conséquences des accords de libre-échange sur l’agriculture française et européenne.
Aujourd’hui, 13e étape entre Bourg-d’Oisans (38) et Valence (26),
et donc 13e article.

D’où viennent
les fruits et légumes ?

 

70 % des fruits consommés en France proviennent de l’étranger. Pour les légumes, la proportion atteint 30 %.
Certaines de ces importations s’expliquent par le fait que la France métropolitaine ne peut produire ces végétaux (mangue, ananas, papaye, etc.). Le reste est dû aux bas prix proposés par les différents producteurs étrangers. Ces prix de vente très bas s’expliquent en premier lieu par des charges et des normes moins lourdes qu’en France. En deuxième lieu, ils s’expliquent par la suppression des barrières tarifaires précisément issue des accords de libre-échange.

Le libre-accentue la pression sur les petites fermes

Promouvoir les accords de libre-échange revient donc à accentuer la concurrence pour les producteurs de fruits et légumes français et à amplifier les volumes importés. A terme, le risque est de voir disparaître certaines productions, ou du moins de les rendre anecdotiques. Par voie de conséquence, les consommateurs seraient de plus en plus dépendants des importations et des marchés extérieurs.
Dans le cadre du Mercosur, des produits argentins (citron, pomme, poire, ail, carotte, etc.), encore très peu présents sur nos étals, pourraient donc arriver massivement et venir une fois de plus mettre en péril nos productions locales.