L'info régionale

Réseaux sociaux

Phytopharmacovigilance : les agriculteurs, maillon essentiel du nouveau dispositif !

phyto

Phytopharmacovigilance : les agriculteurs, maillon essentiel du nouveau dispositif !

Un décret du 24 novembre vient préciser les modalités de mise en place du dispositif de phytopharmacovigilance instauré par la loi d’avenir agricole, dans lequel les agriculteurs, comme utilisateurs professionnels de produits phytopharmaceutiques, ont un rôle essentiel à jouer.

L’article L253-8-1 du Code rural prévoit que nous, les agriculteurs (avec les fabricants, importateurs, distributeurs), puissions faire des signalements sur les éventuels effets indésirables des produits phytosanitaires ou de leurs adjuvants, pouvant concerner :

  • l’homme,
  • les animaux d’élevage (dont l’abeille),
  • la biodiversité,
  • la faune sauvage,
  • l’eau,
  • le sol,
  • la qualité de l’air,
  • les aliments,
  • les plantes cultivées (manque de sélectivité, manque d’efficacité…),
  • ainsi que l’apparition de résistances à ces produits.

Les cas d’inefficacité de produits ou de phyto-toxicité n’étant pas rares, on comprend tout l’intérêt que peuvent avoir de tels signalements.

L’effet indésirable devra être décrit de la manière la plus précise possible, et si possible, documenté. L’Anses met en place à cet usage une adresse mail : ppv@anses.fr.

Bien que la confidentialité soit préservée, vous pouvez, dans un souci d’anonymat, vous tourner vers la Coordination Rurale ou vers l’association Audace, qui notifieront l’effet indésirable pour vous après validation de vos observations.