L'info régionale

Réseaux sociaux

Accord UE/Mexique : l’unanimité de la réponse syndicale en Haute-Vienne

Accord UE/Mexique : l’unanimité de la réponse syndicale en Haute-Vienne

En plein confinement, l’Union européenne a signé un nouveau traité de libre-échange avec le Mexique au mépris du bon sens, du respect de l’environnement, des intérêts des agriculteurs et des consommateurs européens et mexicains… La réaction des trois syndicats agricoles de Haute-Vienne a été unanime et Sylvie Bonnet, vice-présidente de 100 % agriculteurs CR 15, s’en félicite.

Quelle satisfaction de voir à nouveau le bon sens paysan primer sur les autres considérations !
Dans ce reportage réalisé par France 3 Limousin  le message des syndicats est clair : « Non à l’importation de 20 000 tonnes de viande en provenance du Mexique ! »

A rebours des idées défendues par son propre syndicat au niveau national, et dans la lignée des positions de la Coordination Rurale, Boris Bulan, président de la FDSEA 87 reconnaît lui-même qu’« aujourd’hui on voudrait vivre de notre production, et sans aide. Parce qu’en fait, nous créons une société d’assistés, et nous les premiers avec les aides de la PAC. Alors je suis sûr que ça ne va pas faire plaisir à des agriculteurs que je le dise, mais c’est la vérité ! ».

Depuis sa création en 1992, la Coordination Rurale n’a de cesse de revendiquer la mise en place d’une exception agriculturelle (lien vers https://www.coordinationrurale.fr/exception-agriculturelle). Aujourd’hui, on se rend compte que ce mot est dans la bouche de tout le monde ! Avec plus ou moins de sincérité, certes. Il reste surtout maintenant à l’appliquer.

Ce consensus entre les trois syndicats (Confédération Paysanne, FDSEA et CR87) a montré qu’existe en Haute-Vienne une intelligence collective pour la défense de l’intérêt commun. Je ne peux m’empêcher de faire le parallèle avec notre département. La CR15 est exclue de certaines réunions. Il est impossible de travailler ensemble sur des dossiers majeurs.
Je me dis qu’il y a encore du travail dans le Cantal. Mais notre équipe grandit de jour en jour. Je vois que de plus en plus d’agriculteurs nous rejoignent. Et que notre équipe est persévérante.
Nous continuerons notre combat pour que les agriculteurs puissent vivre dignement de leur métier et que nous puissions continuer à remplir les assiettes des Français avec de bons produits !