L'info régionale

Réseaux sociaux

8 octobre : la CR86 à Poitiers contre l’agribashing

Agribashing

8 octobre : la CR86 à Poitiers contre l’agribashing

Ce mardi 8 octobre, un groupe de manifestants de la CR86 s’est mobilisé devant l’Hôtel de ville de Poitiers afin de montrer à la population et aux élus que même si la mode actuelle est à l’agribashing, ils sont encore là et ne comptent pas « crever » en silence.

Un arrêté met le feu aux poudres

C’est l’arrêté pris par Alain Claeys le 30 septembre dernier qui a allumé la mèche. Cet arrêté interdisait l’utilisation des produits phytopharmaceutiques à au moins 150 m de toute parcelle cadastrale comprenant un bâtiment à usage d’habitation ou professionnel. C’en était trop pour les agriculteurs de la Coordination Rurale, qui ont décidé d’aller manifester leur mécontentement devant les portes de M. Claeys afin qu’il prenne conscience du désespoir dans lequel est plongé le monde agricole.

Des croix et du dialogue

La Coordination Rurale 86 a planté des dizaines de croix en bois devant l’Hôtel de ville de Poitiers pour dénoncer le génocide paysan. Elle a pu grâce à cela interpeller nombre de passants en leur montrant le drame actuel qui a lieu dans nos campagnes mais dont personne ne parle. Loin des grandes manifestations de blocage, c’est le dialogue qui a primé sur cette journée d’action. Un dialogue indispensable à la compréhension du monde agricole par la population, de ses contraintes et de ses obligations.

À 14h30, une délégation de la CR86 est allée à la rencontre d’Alain Claeys, qui avait déjà retiré son arrêté à la demande de la préfète lundi. Pour le maire de Poitiers, cet arrêté ne visait pas les agriculteurs, mais plutôt un système. Peu importe, il a participé à augmenter le malaise des agriculteurs. Rappelons que chaque année, les suicides d’agriculteurs se comptent par centaines (372 en 2015).

Les manifestants CR ont également évoqué les traités de libre-échange CETA et MERCOSUR. Ces traités rendent possible l’importation à bas coûts de produits ne respectant pas nos normes sanitaires ou de traçabilité. Et puisque M. Claeys prétend se préoccuper de la santé des citoyens de sa commune, nous lui avons demandé d’intervenir auprès des députés ayant voté pour le CETA car ces traités de libre-échange vont à l’encontre de ce qu’il défend. Un travail va être engagé avec la Coordination Rurale et Freddy Poirier, en charge de la restauration collective de Grand Poitiers afin d’augmenter la part de productions locales dans les assiettes. Nous lui avons également précisé que nous n’acceptons pas que soient imposés des repas végétariens au menu des cantines, sans alternative possible pour les élèves. Rappelons que pour bon nombre d’enfants, le repas à la cantine est le seul moyen de manger équilibré et d’avoir pour certaines familles plus défavorisées la possibilité de manger de la viande ou du poisson.

L’entretien s’est ensuite étendu à des sujets plus généraux, et s’est révélé finalement très positif.

Cette manifestation ne règle pas les questions qu’elle a soulevées, mais elle a le mérite d’alerter les élus et la population sur les souffrances, tant sur le plan économique que psychologique, qui rongent le monde agricole. Pas de pays sans paysans !

https://www.centre-presse.fr/article-704197-point-chaud-un-front-syndical-desuni.html

http://www.aqui.fr/agricultures/agriculteurs-une-mobilisation-inegale-en-nouvelle-aquitaine,19166.html

https://www.centre-presse.fr/article-704184-agriculteurs-en-colere-des-barrages-filtrants-au-nord-et-au-sud-de-poitiers.html

https://www.coordinationrurale.fr/wp-content/uploads/2019/10/Nouvelle_république-manif-Poitiers.jpg

https://www.lanouvellerepublique.fr/poitiers/poitiers-un-arrete-anti-pesticides-stigmatisant?fbclid=IwAR0V69l_K-459H1WciTaC22HnlcdCyUYBdqZd0Ac-mUiU6-XCZQ_R6hzr3A