L'info régionale

Réseaux sociaux

1er bilan de la trame verte et bleue

1er bilan de la trame verte et bleue

Retour sur l’élaboration du Schéma Régional de Cohérence Écologique Poitou-Charentes, copiloté par l’Etat et la Région, a débuté depuis plus d’un an.
Nous participons à la démarche au sein des instances de gouvernance du projet, de validation technique, et des divers groupes de travail réunis à plusieurs reprises ces derniers mois. Voici les temps forts et les travaux en cours :

 

27 septembre 2011 : premier séminaire régional Trames Verte et Bleue Poitou-Charentes avec 200 participants. Il a notamment permis de déterminer la liste des sous-trames régionales.

7 novembre 2011 : le comité scientifique et technique a validé les cinq sous-trames proposées lors du séminaire :
Forêts et landes
Plaines ouvertes
Systèmes bocagers
Cours d’eau et zones humides
Pelouses sèches calcicoles

2 au 29 février 2012 : 9 réunions territoriales pour les élus locaux. Au total 370 élus, maires et conseillers municipaux qui se sont informés sur la démarche.

22 mars 2012:installation officielle du Comité Régional Trames Verte et Bleue qui succède au comité de « préfiguration » mis en place le 3 février 2011.

Mars/avril et juin 2012 : Deux premières séries de réunions en groupes de travail thématiques sur les sous-trames retenues. Elles ont notamment débattus sur les éléments de diagnostic propres à chaque sous-trame, les listes d’espèces, et les premiers éléments cartographiques produits par le CETE Sud-Ouest concernant les réservoirs de biodiversité et les corridors écologiques.
La sous-trame « pelouse calcicole » n’a fait l’objet que d’une  réunion. En effet, compte tenu du manque de données constaté collégialement lors de la première rencontre, il a été décidé d’effectuer un travail de synthèse des données existantes et d’inventaire complémentaire, qui sont actuellement en cours (intervention de l’ORE et du CBNSA). Ces travaux devraient aboutir mi-novembre.

Depuis l’été 2012 : Les bureaux d’étude (CETE Sud Ouest et MTDA conseil environnement), poursuivent le travail d’identification cartographique des réservoirs de biodiversité. En raison de l’importance des données à compiler et de la complexité des modèles informatiques à mettre en œuvre, ce travail prend davantage de temps que prévu. Les données rassemblées et analysées feront l’objet de la prochaine série de réunions des groupes de travail par sous-trame, prévus fin novembre / début décembre