Newsletter
L'info régionale
Liens utiles
Les jeunes CR

L'info régionale


Liens rapides


Réseaux sociaux

Rencontre avec la FICT – La filière porc encore en difficulté

Rencontre avec la FICT – La filière porc encore en difficulté

Mercredi 8 février, Pascal Aubry, Catherine Laillé et Hervé Guillerm, tous trois éleveurs de porcs et membres de l’Onep, ont rencontré les représentants de la Fédération professionnelle représentative des industries charcutières, traiteurs et transformatrices de viandes (FICT). Les membres de la CR tiennent à saluer la grande écoute dont fait preuve cette organisation et soulignent que les nombreuses convergences sur la stratégie de la filière sont rassurantes pour l’avenir des éleveurs.

Une filière encore en difficulté

Même si les discours selon lesquels les « indicateurs sont au vert » fleurissent, la réalité du terrain est tout autre. Comme nous l’a confirmé la FICT, 20 % des entreprises de la filière sont en difficulté.
Par ailleurs, les exportations entraînent des difficultés d’approvisionnement pour le marché français. La FICT est formelle : les professionnels ne pourront pas mettre le logo VPF sur tous les produits.
Enfin, ils sont conscients et inquiets de la baisse de consommation, notamment en ce qui concerne le jambon blanc. A titre d’exemple, ils ont noté qu’à la suite de l’émission Cash Investigation sur les nitrites diffusée au mois de septembre dernier, la consommation a chuté de 9 %. Cette baisse se fait toujours ressentir.

Des raisons d’espérer

Les besoins en porcs bio sont de 80 000 tonnes par an alors que la production française ne dépasse pas les 20 000 tonnes. En cause, le cahier des charges imposé aux éleveurs.

Pour Pascal Aubry « le développement de la filière bio passera par des installations. Pour ce faire, il faut mettre en place des contrats précis le temps du remboursement des investissements. » Il voit, un autre aspect positif : « ce sont des débouchés pour les grandes cultures bios qui se développent rapidement. »
Aucun sujet n’a été évité, et surtout pas celui du retour de la FICT au sein d’Inaporc qui ne s’y dit pas opposé. « Rien n’est finalisé pour le moment », précise Hervé Guillerm.
Pour Catherine Laillé, « c’est une excellente rencontre, surtout qu’ils ont le souhait de travailler sur la qualité gustative de la viande. C’est un projet que nous avons en commun. »
Une autre rencontre est déjà programmée. Il a été convenu qu’elle se déroulerait dans une ferme.

Fondée en 1924, la FICT regroupe aujourd’hui presque 300 entreprises réparties dans toute la France. Son travail est de « rassembler et promouvoir la profession ainsi qu’à préserver et valoriser le savoir-faire charcutier français en agissant collectivement sur les grands enjeux de la profession (qualité des produits, compétitivité des entreprises, développement des relations sociales). »

Tags :


Inscription à la newsletter nationale





Adresse e-mail * :
Veuillez ressaisir votre Adresse e-mail * :
Prénom :
Nom :
Code postal * :
Ville :
Mobile :

Vous êtes agriculteur ? Quel est votre domaine d’exploitation ? :
Viticulture
Grandes Cultures
Productions Spécialisées
Lait
Viande
Fruits et Légumes

Les champs marqués d’un * sont obligatoires.