Newsletter
L'info régionale
Liens utiles
Les jeunes CR

L'info régionale


Liens rapides


Réseaux sociaux

Les foulards noirs dans « Les champs de la colère »

4 femmes des Foulards noirs

Les foulards noirs dans « Les champs de la colère »

Avec « Les champs de la colère » (rediffusion le dimanche 11 février à 23h30 sur France 5), la réalisatrice Anne Gintzburger a offert un reportage poignant de vérité, sans acrimonie ni victimisation. Ce reportage relate l’action d’un groupe de femmes, réunies en collectif dénommé Les foulards noirs, qui évoque les difficultés et les deuils de l’agriculture. Les témoignages sont concentrés autour de la production animale, la plus touchée par la décadence économique et la tragédie sociale des campagnes.

On ne pourra oublier quelques moments forts : Astrid Granger, éleveuse de bovins viande, accoudée au milieu du pâturage, qui appelle de quelques mots son troupeau de charolaises. Celles-ci relèvent la tête et, intriguées par la position inaccoutumée de la fermière, se rapprochent rapidement, l’entourent jusqu’à la sentir, comme elles le feraient pour l’une d’entre elles, morte ou en difficulté. Cette image illustre le lien qui existe entre les éleveurs et leurs animaux, la vigilance et l’affection qui les unit, au fil des jours du matin au soir.

Un autre moment fort est l’enlèvement des petits veaux morts, suspendus à la grue du camion d’équarrissage qui relatent les affres de la maladie et de la perte du cheptel, avec toutes les conséquences sentimentales et économiques induites. Une indication majeure a d’ailleurs été fournie par ce reportage. Cette scène a été filmée sur une ferme convertie à la Bio, qui a perdu dix vaches et sept veaux dans des conditions inexpliquées, jusqu’à ce que les analyses prouvent une intoxication par les mycotoxines contenues dans l’ensilage, le mode de production Bio ne permettant pas d’éviter ou d’éradiquer ces pathogènes.

Il ressort de ce poignant reportage le courage de ces agricultrices et agriculteurs, qui ne comptent pas leurs heures de travail pour nourrir leurs concitoyens et, malgré le peu ou le manque de rémunération, restent viscéralement attachés à leur métier pour perpétuer une activité vitale pour tous et tant décriée par beaucoup.

Armand Paquereau



Inscription à la newsletter nationale





Adresse e-mail * :
Veuillez ressaisir votre Adresse e-mail * :
Prénom :
Nom :
Code postal * :
Ville :
Mobile :

Vous êtes agriculteur ? Quel est votre domaine d’exploitation ? :
Viticulture
Grandes Cultures
Productions Spécialisées
Lait
Viande
Fruits et Légumes

Les champs marqués d’un * sont obligatoires.