Coordination Rurale, le syndicat 100% agriculteurs

Vous êtes ici :Les informations agricoles»Production de viandes : information & actualité»Du poulet brésilien dans les plats bretons !

Du poulet brésilien dans les plats bretons !

Publié le mardi, 23 juillet 2013 17:28

Les aviculteurs de la Coordination Rurale des Côtes-d'Armor se sont rendus lundi 22 juillet à l'entreprise Farmor de Guingamp, qui fabrique des plats préparés, afin de connaître la provenance de leurs approvisionnements en volailles.

Alors que les aviculteurs bretons agonisent financièrement - ils ont reçu le coup fatal la semaine dernière avec l'annonce de la fin des restitutions – ils ont fait une découverte scandaleuse !

90 % de poulets étrangers dans les frigos !

Le directeur du site, qui a reçu la délégation de la CR22, s'est dit très à cheval sur la traçabilité et l'origine des viandes. Il a insisté sur le fait que 40 % de la volaille utilisée provenaient de France et 60 % de volailles importées.

Pourtant, lors de la visite qui a suivi, la délégation de la CR a pu s'apercevoir que 90 % du poulet en stock ce lundi, provenaient du Brésil, des Pays-Bas ou de Thaïlande (voir étiquettes ci-dessous). Seuls quelques cartons, sans étiquettes d'origine, provenaient, selon les dires du directeur, de l'abattoir Bocher, appartenant aussi au groupe Sofiprotéol, à Mur de Bretagne.

Sofiprotéol, acteur de la mort de l'aviculture en Bretagne

Farmor est une filiale de Glon Sanders, elle-même détenue par Sofiprotéol, société présidée par Xavier Beulin (qui est aussi accessoirement président de la FNSEA, syndicat qui se targue de défendre les agriculteurs !).
Au vu de la situation dramatique des aviculteurs français, la CR22 trouve intolérable que Sofiprotéol, financée par des cotisations  « volontaires obligatoires » prélevées aux agriculteurs, n'impose pas à ses filiales de privilégier l'utilisation de poulets bretons au lieu d'utiliser massivement du poulet d'importation.

Les intégrateurs ont déjà imposé aux éleveurs des baisses de prix de reprise des volailles de 50€/Tonne en début d'année. Cette course au prix toujours plus bas est fatale : on s'achemine vers des cessations massives.

Les éleveurs ne veulent pas jouer le rôle de variable d'ajustement : ils ne se laisseront pas faire !

Lu 26846 fois
Évaluer cet élément
(61 Votes)

Galerie d'images

{gallery}6870{/gallery}