Newsletter
L'info régionale
Liens utiles
Les jeunes CR

L'info régionale


Liens rapides


Réseaux sociaux

Cooperl : une drôle de coopérative qui fait encore trinquer ses éleveurs !

Cooperl : une drôle de coopérative qui fait encore trinquer ses éleveurs !

L’Organisation nationale des éleveurs de porcs (Onep) de la Coordination Rurale s’insurge contre la décision irresponsable de la Cooperl Arc Atlantique d’acheter les porcs de ses 2 700 adhérents à un prix inférieur à celui du marché de Plérin.
La Cooperl Arc Atlantique, organisation dite « coopérative » et numéro un du porc en France, a décidé de ne plus respecter le cours fixé par le Marché du porc breton (MPB), prix de référence au plan national, qu’elle juge trop élevé.

Non, les cours ne sont pas trop élevés !

La Cooperl justifie son retrait du MPB par le prix trop élevé. « A moins d’1,40€/kg, les éleveurs ne peuvent pas s’en sortir. Il manque encore 15 à 20 centimes pour vivre décemment et investir. Nous n’avons pas vocation à nourrir les autres sur nos propres deniers ! », lance Pascal Aubry, responsable de l’Onep et éleveur de porcs en Mayenne. « Dernièrement les éleveurs retrouvaient un peu d’espoir, mais cette annonce agit comme un coup de massue. »

D’ailleurs, l’éleveur mayennais n’hésite pas à critiquer la stratégie de la Cooperl : « A force de tirer toujours plus les prix vers le bas pour essayer de remporter les marchés à l’export, la coopérative est prise à son propre piège ! Il est inadmissible qu’une coopérative ne veuille pas rémunérer correctement ses adhérents ! Qui sont ses administrateurs ? S’ils sont encore éleveurs, ils doivent se ressaisir rapidement pour défendre l’intérêt de tous à moins qu’ils ne participent ainsi à réaliser le rêve de la Cooperl : transformer ses adhérents en éleveurs totalement intégrés. »

La double peine pour les éleveurs !

L’adhésion à la Cooperl a permis à des éleveurs d’avoir des prix intéressants sur les aliments ou les produits vétérinaires mais tel n’est plus le cas aujourd’hui. C’est donc la double peine pour les adhérents de cette coopérative !

Brexit, météo maussade qui ferait chuter les ventes, pause de commandes chinoises, etc., les dirigeants font preuve de toujours plus d’imagination pour payer toujours moins les éleveurs adhérents. Pascal Aubry conclut : « Il est grand temps que les éleveurs reprennent en main leurs outils ou livrent leurs porcs ailleurs. »



Inscription à la newsletter nationale





Adresse e-mail * :
Veuillez ressaisir votre Adresse e-mail * :
Prénom :
Nom :
Code postal * :
Ville :
Mobile :

Vous êtes agriculteur ? Quel est votre domaine d’exploitation ? :
Viticulture
Grandes Cultures
Productions Spécialisées
Lait
Viande
Fruits et Légumes

Les champs marqués d’un * sont obligatoires.