Newsletter
L'info régionale
Liens utiles
Les jeunes CR

L'info régionale


Liens rapides


Réseaux sociaux

Ceta : un plan d’action extrêmement décevant

Réunion plan action gouvernemental sur mise en œuvre du Ceta

Ceta : un plan d’action extrêmement décevant

La Coordination Rurale est extrêmement déçue par le plan d’action gouvernemental sur la mise en œuvre du Ceta, accord qui reste imposé aux consommateurs et aux éleveurs malgré les changements politiques importants survenus depuis le mois de mai dernier. Ce plan présenté aux parties prenantes mercredi après-midi, assorti des explications fournies par les secrétaires d’État Bruno Poirson et Jean-Baptiste Lemoyne, ne répond en rien aux craintes des éleveurs réitérées depuis de nombreux mois auprès des pouvoirs publics.

Alors que 65 000 tonnes de bœufs pourront être importées du Canada, les autorités restent campées sur leurs positions en assurant qu’il ne s’agit que d’une proportion infime de la production européenne. C’est se voiler la face quant au fait que les Canadiens ont négocié ce contingent en vue d’exporter des morceaux d’aloyau à haute valeur ajoutée, qui viennent concurrencer un marché déjà largement saturé !
Si le Canada venait effectivement à menacer le marché de la viande bovine, le plan prévoit d’actionner les mesures de sauvegarde de l’OMC, des mesures connues pour être particulièrement lourdes à mettre en œuvre et inefficaces dans leurs effets.

La Coordination Rurale relève par ailleurs qu’il s’agit d’un accord perdant-perdant dans la mesure où il va aussi déstabiliser le marché laitier canadien jusqu’ici régulé avec succès pour les collègues producteurs de lait de ce pays.

Au niveau du respect des normes européennes, le plan prévoit un « renforcement des contrôles des importations » afin de s’assurer qu’elles respectent nos standards. Cela devrait être un acquis, et non une avancée !
Le plan ignore le véritable danger, qui se situe au niveau des tribunaux d’arbitrage prévus par l’accord. Ces derniers auront la capacité de remettre en cause non pas le respect des normes, mais les normes elles-mêmes.

« Aucun engagement précis n’a été pris en terme de traçabilité sur l’origine des aliments » déplore Bernard Lannes, président de la CR. « Alors que les consommateurs ne veulent pas de bœuf aux hormones et d’animaux élevés dans des feedlots intensifs, ils suffirait que le législateur ait la volonté d’imposer un étiquetage sur l’origine des aliments pour limiter en partie les effets dévastateurs de cet accord. Enfin, comment promettre de mettre sous surveillance climatique un accord avec un pays qui exploite allègrement les pétroles bitumineux et les gaz de schiste ? ».

Face à ces annonces qui ne sont pas à la hauteur des enjeux, la CR réitère son appel aux députés français à ne pas ratifier le Ceta.

Tags :


Inscription à la newsletter nationale





Adresse e-mail * :
Veuillez ressaisir votre Adresse e-mail * :
Prénom :
Nom :
Code postal * :
Ville :
Mobile :

Vous êtes agriculteur ? Quel est votre domaine d’exploitation ? :
Viticulture
Grandes Cultures
Productions Spécialisées
Lait
Viande
Fruits et Légumes

Les champs marqués d’un * sont obligatoires.